Ma méthode et ses problèmes

Introduction

« La vérité est qu’il s’agit, en philosophie et même ailleurs, de trouver le problème et par conséquent de le poser, plus encore que de le résoudre. Car un problème spéculatif est résolu dès qu’il est bien posé. J’entends, par là que la solution en existe alors aussitôt, bien qu’elle puisse rester cachée et, pour ainsi dire, couverte : il ne reste plus qu’à la découvrir. Mais poser le problème n’est pas simplement découvrir, c’est inventer. La découverte porte sur ce qui existe déjà, actuellement ou virtuelle­ment ; elle était donc sûre de venir tôt ou tard. L’invention donne l’être à ce qui n’était pas, elle aurait pu ne venir jamais. Déjà en mathématiques, à plus forte raison en métaphysique, l’effort d’invention consiste le plus souvent à susciter le problème, à créer les termes en lesquels il se posera. Position et solution du problème sont bien près ici de s’équivaloir : les vrais grands problèmes ne sont posés que lorsqu’ils sont résolus. Mais beaucoup de petits problèmes sont dans le même cas.
J’ouvre un traité élémentaire de philosophie. Un des premiers chapitres traite du plaisir et de la douleur. On y pose à l’élève une question telle que celle-ci : « Le plaisir est-il ou n’est-il pas le bonheur ? » Mais il faudrait d’abord savoir si plaisir et bonheur sont des genres correspondant à un sectionnement naturel des choses. À la rigueur, la phrase pourrait signifier simplement : « Vu le sens habituel des termes plaisir et bonheur, doit-on dire que le bonheur soit une suite de plaisirs ? » Alors, c’est une question de lexi­que qui se pose ; on ne la résoudra qu’on cherchant comment les mots « plaisir » et « bonheur » ont été employés par les écrivains qui ont le mieux manié la langue. On aura d’ailleurs travaillé utilement ; on aura mieux défini deux termes usuels, c’est-à-dire deux habitudes sociales. Mais si l’on prétend faire davantage, saisir des réalités et non pas mettre au point des conventions, pourquoi veut-on que des termes peut-être artificiels (on ne sait s’ils le sont ou s’ils ne le sont pas, puisqu’on n’a pas encore étudié l’objet) posent un problème qui concerne la nature même des choses ? ». Bergson Henri, La Pensée et le Mouvant, Introduction (deuxième partie), wikisource. Cité par Olivier Abiteboul dans Le paradoxe apprivoisé, Flammarion, 1998.
Le texte de Bergson ci-dessus souligne deux idées centrales de la première orientation problématique et méthodologique de ma recherche. Tout d’abord, la définition du problème soulève déjà une solution. En effet, lorsque je pose mon problème, je définis un champ de recherche particulier dans lequel je m’attends à trouver la solution. Le problème joue le rôle de référentiel, de point de départ. Si je ne sais pas du tout ce que je veux trouver, je ne peux pas poser de problème et encore moins commencer à chercher. La deuxième idée de Bergson est une douce critique des problèmes classiques posés par la philosophie qui ne feraient qu’étudier des oppositions sémantiques conventionnelles. Je souhaite éviter de poser des faux problèmes dont les termes et les solutions seraient relatifs à des « habitudes sociales ».
Jusqu’à présent, je me suis confronté au problème des tensions sémantiques de nos langages. Problème à la source de nombreux paradoxes dont certains sont présentés par Olivier Abiteboul dans Le paradoxe apprivoisé. Les articles de mon blog m’ont fait prendre conscience du pouvoir et des limites classiques de nos outils d’expression et du système général de connaissance qu’ils formulent.
Tout en m’appuyant sur mes articles précédents, à deux semaines de mon départ en Asie, j’entre maintenant dans une deuxième phase importante : la définition de ma méthodologie. Ainsi commence vraiment ma recherche et les problèmes qui y sont liés. L’aventure continue !

 

 1. L’impasse méthodologique

J’ai employé le mot méthodologie. Qu’est-ce que j’entends par là ? Je dirai qu’une méthodologie est un ensemble de principes qui permet à un système prédéfini les appliquant de passer d’un type prédéfini d’état problématique à type prédéfini d’état solutionné.  Je dis « défini » car si on ne connaît pas au moins dans la forme le système d’application ainsi que ses types d’états problématiques et non problématiques potentiels, il est impossible d’identifier la matière dans laquelle on peut construire des principes méthodologiques. Cela reviendrait à vouloir pétrir un pain sans pâte : avant de se demander comment pétrir (méthode), il faut connaître la matière à pétrir (objet de la méthode). Par « type d’état », j’entends la nature du problème et de la solution. Je n’ai pas encore réfléchi à une grille me permettant de distinguer ces différents types d’états mais je m’y attèlerai.
Le grand défaut de cette définition, c’est qu’elle nous empêche de concevoir une méthodologie de définition du système problématique. En effet, si pour construire une méthode de résolution il faut savoir à quel système problématique on a affaire, il est logiquement contradictoire de construire la méthode de résolution pour définir un système problématique. Le « pour » introduit ici un ordre temporel : la méthode a besoin de connaître le système problématique d’où il faut dégager une solution avant de définir les principes de résolution. Ainsi, l’élaboration d’une méthode de recherche commencerait nécessairement par la découverte d’un système problématique sur lequel fonder la méthode. Cela admis, il semble impossible de savoir comment chercher sans savoir d’abord quoi chercher. Faut-il donc que je me résigne à attendre que ma problématique me tombe sur la tête ? Ou bien dois-je me résoudre à énoncer arbitrairement des problèmes jusqu’à ce que dans la liste, je flash pour un en particulier ? Non. Une autre voie est possible.

 2. Le problème se fait problématique

Pour sortir de mon impasse méthodologique, il me faut distinguer la découverte en elle-même de la recherche d’une découverte. Notre article sur l’heuristique est ici précieux. En effet, nous avons vu que si le phénomène de la découverte échappe à toute méthodologie (on ne sait pas comment commander une découverte), la recherche d’un phénomène à découvrir s’y soumet dans une certaine mesure. Ainsi, à défaut de pouvoir « commander » la découverte, il est possible de créer un contexte propice à la découverte. Cette idée suppose que la découverte n’est pas un phénomène entièrement arbitraire, elle émerge de quelque chose, d’un contexte particulier de créativité.
Dans le monde des projets collectifs, ce contexte peut par exemple s’obtenir par des exercices de conditionnement psychologique du groupe (brainstorming, méthode des six chapeaux…). Ces méthodes de conditionnement peuvent se pratiquer inconsciemment : si je décide par exemple d’aller me balader pour me détendre après un dur après-midi de recherche infructueuse, le passage d’un lapin sur mon chemin créera peut-être l’association mentale (l’instant eurêka) qui me manquait pour découvrir la solution. C’est donc en arrêtant de chercher que j’ai trouvé. Je n’ai pas provoqué la découverte, j’ai créé des conditions plus favorables à l’émergence de cette dernière.
 geranium_6_lg
Guy Billout
Fort de ces perspectives, je reviens à mon problème : pour définir ma méthodologie de recherche, je dois commencer par trouver une problématique (c’est-à-dire, donc, un système problématique). Or, nous avons vu qu’une problématique est une forme de découverte qui détermine un système particulier ainsi qu’un type de problème et de solution. Puisqu’il n’existe pas de méthode pour découvrir (à coup sûr) ma problématique, il me reste à travailler sur une méthode de recherche de sa découverte. La nuance est fine, mais bien réelle. Comment chercher pour découvrir un problème ? Cette question en soulève immédiatement d’autres : qu’est-ce qu’un problème ? Pourquoi chercher des problèmes ? D’où viennent-ils ? Paradoxalement, je viens de formuler une problématique ayant pour sujet le problème lui-même. Il s’agit d’une pré-problématique donc la solution sera, j’espère, la problématique véritable de ma recherche.

 3. La méthode à problèmes

Je ne suis pas du tout satisfait de ce que je viens d’écrire. Voyez : je voulais une problématique et une méthode, me voilà avec une pré-problématique et toujours pas de méthode. Je suis donc passé du stade zéro au stade moins un. Encore un effort et je pense parvenir à marcher sur la tête ! Plus sérieusement, ma pré-problématique me satisfait, mais elle ne suffit pas, il me faut un point de départ pour commencer à chercher une méthode.
J’ai le choix ici entre une approche plutôt déductive, c’est-à-dire consistant à définir a priori de la confrontation à des problèmes les caractéristiques d’une bonne méthode pour leur recherche, ou une approche inductive, c’est-à-dire consistant à définir a posteriori de la confrontation à des problèmes les caractéristiques d’une bonne méthode pour leur recherche. Parce que je serai l’année prochaine dans un environnement radicalement nouveau, riche en découvertes et, j’imagine, en problèmes, je pense que la méthode inductive sera plus adéquate. Nous avons vu par ailleurs que toute induction est aussi une forme de déduction. Je me demande maintenant comment éviter l’énumération hasardeuse de problèmes. Comment donner dès à présent un sens à ma recherche ?
Un premier moyen d’éviter le non sens primordial, c’est de se protéger contre l’effet kaléidoscopique. Il s’agit d’une idée imagée qui me fut présentée par Paul Clavier dans un cours de philosophie. Dans un kaléidoscope, des cristaux mobiles sont déformés à travers un prisme, si bien que l’image observée semble différente à chaque fois qu’on modifie la position des cristaux. Pourtant, le prisme et les cristaux sont toujours les mêmes. Ainsi, le monde semble à première vue regorger de réflexions, débats, théories, structures, expériences et phénomènes différents mais quand on commence à y regarder de plus près, le doute s’installe :
Comment se fait-il que dans Star Wars IV (1977) et Star Wars VII (2015), on nous présente deux orphelins vivant sur une planète désertique avant que n’explose l’arme destructrice d’un Empire du mal ? Le laveur de carreaux est-il moins épanoui qu’un cadre d’entreprise ? L’ordinateur et la relativité générale nous ont-ils rendus plus heureux que nos arrières grands-parents ? Comment Dieu s’appelle-t-il ? Qui est responsable du plaisir que me procure une gorgée d’eau ? Les problèmes soulevés par le changement climatique et les souffrances animales sont-ils substantiellement différents de ceux soulevés par le terrorisme ?
 o-UN-JOUR-SANS-FIN-facebook
Un jour sans fin, film d’Harold Ramis, 1993.
Je vous laisse le soin de répondre, mais l’hypothèse sous jacente de ces questions défend que les problèmes fondamentaux, ceux peut-être que la philosophie étudie, sont identiques d’un phénomène à l’autre, pour peu qu’on se situe à un même niveau d’appréhension. Autrement dit, à chaque niveau d’appréhension de phénomènes correspond un petit nombre de problèmes identiques pour tous les phénomènes du niveau. Par exemple, la Tour Eiffel, la Statut de la Liberté, la Pyramide de Kheops… sont des constructions qui tombent sous le concept commun de monument et ils posent à ce niveau les mêmes problèmes (conservation, entretien, tourisme…).
Si je fais un tour du monde en visitant un monument dans chaque pays, j’aurai  à la fin une grande « culture générale » relative au concept de monument. Mais si l’on m’interroge sur un monument en particulier, dans quelle mesure serai-je capable d’en parler ? Aurai-je pris le temps de comprendre ce que signifie en substance ce monument au-delà de l’article du guide touristique ? Aurai-je percé l’objet en son cœur ? Il y a peu de chance car la quantité de mes visites exclut la durée nécessaire à un approfondissement. En ayant voulu connaître tous les monuments, je constate finalement que je n’en connais aucun. Je suis resté à un faible niveau d’appréhension et malgré une accumulation de formes (mélange du kaléidoscope), je ne suis jamais allé plus loin que la première strate de problèmes.
Pour prendre un autre exemple, je dirais que les problèmes (et leurs solutions) sont formellement identiques lorsque j’apprends à faire de l’escrime et à manager une équipe technique car il s’agit dans les deux cas de phases d’apprentissage. Une fois passée cette « phase » ou « strate » problématique, une autre apparaît (phase de consolidation par exemple). Compte tenu de ce phénomène, si je me contente pendant ma recherche de lister les différents problèmes que je rencontre au fil de mes expériences (faire tourner le kaléidoscope), je risque d’errer pendant un an de nouveautés en nouveautés sans donner du relief, de la profondeur à ma recherche. Pour reprendre les termes de cette étude, je resterai à un même niveau d’appréhension et donc je serai confronté au même type de problème. Il s’agit là d’une confusion de la quantité de problème avec leur qualité. C’est comme explorer l’océan depuis la surface sans jamais plonger dans ses abysses. La peur serait-elle à l’origine de ce phénomène peut être caractéristique de notre société ?
Au cinéma ou dans la littérature en passant par les médias et la politique, nous jouissons d’une profusion d’information. Le film d’action hollywoodien n’est pas mauvais en soi, c’est la quantité de film et leur consommation qui sont malsaines. Je reprends une référence citée dans mon premier article de blog : selon une étude de l’université de San Diego en Californie (How much information, 2009), la consommation d’information aux Etats-Unis a augmenté de 350% entre 1980 et 2008. Les chercheurs parlent d’une forme d’addiction à l’information où le savoir est confondu avec la nouvelle. Nous croyons découvrir quelque chose, mais nous ne faisons que mélanger les cristaux du kaléidoscope. Comment éviter cet écueil et apporter du relief, de la profondeur à ma recherche ?

4. La découverte du rituel

Pour éviter de dériver horizontalement à travers les expériences et soulever des problèmes de fond, il faut se fixer à l’action dans la durée. Cela n’impliquera pas pour moi de ne faire que planter des clous pendant un an (s’obstiner de manière obsessionnelle dans une tâche) car sans pour autant rejeter la diversité quantitative des expériences (je me confronte à 3 pays, 3 philosophies et 3 disciplines différents), je compte favoriser l’exploration verticale des problèmes. Ce choix est étroitement lié aux traditions asiatiques que je vais découvrir : la diversité quantitative et horizontale des expériences ne suffit pas pour connaître la nature des choses. On accède à la connaissance véritable par l’étude en profondeur, dans l’approfondissement qualitatif d’une expérience.
 zen zero mixdahouse eklablog com
Obtenir un cercle parfait, calligraphie chinoise.
Cet approfondissement dont je parle beaucoup, cette fixation à l’activité, comment l’obtenir ? Le premier critère qui me paraît important, c’est la régularité du contact avec l’activité. L’interaction dans la durée, que l’on peut assimiler au concept de rituel. En effet, lorsque je descends dans les niveaux d’appréhension, bien que je répète la même activité, je ne fais pas la même chose. Du nouveau émerge de mes répétitions. Alors, l’activité devient un simple support, un référentiel neutre permettant de distinguer toute la richesse et la complexité des mouvements qui l’entoure. Ce sont ces mouvements qui constituent les véritables problèmes. Finalement, c’est en fixant mon attention sur le visible que je révèle l’invisible.
Je souhaite, très naïvement j’imagine, relever le défi posé par Paul Valery, lors de sa conférence de 1935, Le bilan de l’intelligence : « Les mots « sensationnel », « impressionnant », qu’on emploie couramment aujourd’hui, sont de ces mots qui peignent une époque. Nous ne supportons plus la durée. Nous ne savons plus féconder l’ennui. […] Notre monde moderne est tout occupé de l’exploitation toujours plus efficace, plus approfondie des énergies naturelles. Non seulement il les recherche et les dépense, pour satisfaire aux nécessités éternelles de la vie, mais il les prodigue, et il s’excite à les prodiguer au point de créer de toutes pièces des besoins inédits (et même que l’on eût jamais imaginé), à partir des moyens de contenter ces besoins qui n’existaient pas. Tout se passe dans notre état de civilisation industrielle comme si, ayant inventé quelque substance, on inventait d’après ses propriétés une maladie qu’elle guérisse, une soif qu’elle puisse apaiser, une douleur qu’elle abolisse. On nous inocule donc, pour des fins d’enrichissement, des goûts et des désirs qui n’ont pas de racines dans notre vie physiologique profonde, mais qui résultent d’excitations psychiques ou sensorielles délibérément infligées.
L’homme moderne s’enivre de dissipation. Abus de vitesse, abus de lumière, abus de toniques, de stupéfiants, d’excitants… Abus de fréquence dans les impressions ; abus de diversité ; abus de résonance ; abus de facilités ; abus de merveilles ; abus de ces prodigieux moyens de déclenchement, par l’artifice desquels d’immenses effets sont mis sous le doigt d’un enfant. Toute vie actuelle est inséparable de ces abus. Notre système organique, soumis de plus en plus à des expériences mécaniques, physiques et chimiques toujours nouvelles, se comporte, à l’égard de ces puissances et de ces rythmes qu’on lui inflige, à peu près comme il le fait à l’égard d’une intoxication insidieuse. Il s’accommode à son poison, il l’exige bientôt. Il en trouve chaque jour la dose insuffisante […]. Les enfants trouvent qu’un navire n’est jamais assez gros, une voiture ou un avion jamais assez vite, et l’idée de la supériorité absolue de la grandeur quantitative, idée dont la naïveté et la grossièreté sont évidentes (je l’espère), est l’une des plus caractéristiques de l’espèce humaine moderne ».

Conclusion

Il fallait que je choisisse une problématique pour commencer à chercher méthodiquement. Or, pour éviter de soulever des questions stériles et généralistes, il m’a semblé humblement nécessaire de consacrer une grande partie de mon année à l’étranger à cette étape de problématisation. Ainsi, fort de ma pré-problématique, à savoir comment chercher pour découvrir des problèmes, et de mon hypothèse de départ, à savoir qu’il faut chercher verticalement à travers un effort rituel, je me sens armé pour partir en Asie.
A travers les pratiques rituelles proposées par les formations que je vais suivre l’année prochaine, je me protègerai de l’effet kaléidoscopique en découvrant en profondeur les problèmes inhérents à l’action humaine. Le rituel est un exercice ancestral qui habite la nature et les cultures. Il ne s’agit pas seulement de répéter quelque chose, il faut évoluer dans la répétition. Ainsi, je pense pouvoir parler d’un effort rituel nécessaire à la découverte verticale de problèmes. Cet effort soulèvera lui-même des problèmes qui me permettront de répondre à mon engagement académique (l’étude du concept d’effort).
Mes études préliminaires, les activités que l’on m’enseignera là-bas, ainsi que les théories associées, m’aideront j’espère à définir plus précisément ce qu’est la pratique rituelle et ses problèmes. Il se peut que je ne découvre pas de problème royal, supérieur à tous les autres. Cependant, ma démarche a au moins le mérite de permettre un mouvement d’exploration qualitatif, une découverte en profondeur qui contraste avec les quantités d’informations superficielles auxquelles la profusion des possibles modernes nous expose.
Je laisse à Valery le soin de l’ouverture : « il s’agit de savoir si ce monde prodigieusement transformé, mais terriblement bouleversé par tant de puissance appliquée avec tant d’imprudence, peut enfin recevoir un statut rationnel, peut revenir rapidement, ou plutôt peut arriver rapidement à un état d’équilibre supportable ? En d’autres termes, l’esprit peut-il nous tirer de l’état où il nous a mis ? »

Journal de bord n°4 août

1/08/16

Je viens de terminer ce matin ma longue partie sur le langage et le discours. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire tous ces articles, bien que cela constitue une introduction ardue à ma recherche. J’espère ne pas avoir découragé mes rares lecteurs…
J’avais initialement prévu de commencer ensuite une partie sur le discours logique et scientifique concernant la nature et l’existence. Cela aurait consisté en une étude des principes physiques fondamentaux, de nos déterminismes comportementaux (physiques et biologiques…). Je compte traiter ces thèmes directement dans la partie consacrée à ma méthodologie de recherche car je manque de temps et je ne veux pas non plus m’enfermer dans les théories actuelles.
Cette partie va me coûter beaucoup, je le sais. Pour la première fois, je me lance véritablement dans une réflexion personnelle. Je sors des sentiers battus. Croisons les doigts ! Une semaine pour inventer une méthode. 5 jours pour l’appliquer à mes principales thématiques de recherche et deux semaines pour m’ouvrir doucement à la culture asiatique. Voilà le programme du mois à venir. Il est possible que ma recherche connaisse, dans les jours à venir, de grands bouleversements.

04/08/16

Journée difficile consacrée à une recherche de méthodologie ou au moins de principe directeur, d’angle d’attaque, de motivation originelle à trouver une méthode de recherche… Difficile je disais :
« Je constate que je ne parviens pas à relier tous les bouts du puzzle de cette étude. En effet, j’ai au cours des mois derniers ouvert un très grand nombre de portes, aussi bien dans le domaine des neurosciences que dans celui de la métaphysique. Je me sens face à une montagne de théories. Il serait sage de toutes les ranger, les classifier comme a fait Aristote dans l’antiquité.
Faire un ménage conceptuel. Mais je suis lasse de cette méthode qui en plus ne colle pas du tout à ce que je vais faire l’année prochaine. J’en ai marre de créer une carte mentale et linguistique de la réalité. J’en ai marre de l’écart entre la théorie et la pratique. Marre de ces dichotomies puantes, fausses, de ces discours réducteurs et de cet espoir naïf de toucher une complexité. L’expérience de la vie est quelque chose de simple. Il est absurde d’en rendre compte par des modèles incompréhensibles. Temps pour moi de de toucher l’essence et non plus le sens ».

 

06/08/16

Je constate que je ne parviens pas à relier tous les bouts du puzzle de cette étude. En effet, j’ai au cours des mois derniers ouvert un très grand nombre de portes, aussi bien dans le domaine des neurosciences que dans celui de la métaphysique. Je me sens face à une montagne de théories. Il serait sage de toutes les ranger, les classifier comme a fait Aristote dans l’antiquité. Faire un ménage conceptuel. Mais je suis lasse de cette méthode qui en plus ne colle pas du tout à ce que je vais faire l’année prochaine. J’en ai marre de créer une carte mentale et linguistique de la réalité. J’en ai marre de l’écart entre la théorie et la pratique. Marre de ces dichotomies puantes, fausses, de ces discours réducteurs et de cet espoir naïf de toucher une complexité. L’expérience de la vie est quelque chose de simple. Il est absurde d’en rendre compte par des modèles incompréhensibles. Temps pour moi de de toucher l’essence et non plus le sens.
Pause.
J’ai réfléchi pendant deux heures. Beaucoup d’idées me sont passées par la tête. Je couche tout sur une feuille. L’idée est ensuite de faire des liens, des catégories de thèmes.

IMG_20160808_123509

 

Pause.
Lecture du livre ressourçant de Jil. Une phrase m’a bouleversée : « Ne rien vouloir, mais accueillir ». Directement inspiré de la pensée asiatique. Permet d’arrêter de chercher « ma solution » et de comprendre que la réponse est déjà là, que c’est les œillères de la volonté qui la voilent.

 

08/08/16

Eurêka ? Ce matin, j’ai réussi enfin à poser les problèmes relatifs à la définition de ma méthodologie ! Je retire comme leçon de cette semaine difficile qu’un problème peut apparaître comme une impasse parce qu’il est mal posé sur le plan temporel. Ici, soit je devais renoncer à mon ambition de départ, soit je devais étaler ma recherche sur plus d’une année (pour me laisser plus de temps), ce qui techniquement est parfaitement faisable. Puisque je n’arrivais pas à définir rapidement une problématique satisfaisante, je me suis laissé plus de temps pour définir cette problématique, choisissant de consacrer mon année en Asie à la recherche de problèmes. Je me suis donc libéré de la pression de devoir trouver rapidement et de la frustration de trouver quelque chose d’insatisfaisant.

 

09/08/16

Matinée et début d’après-midi contre-productifs. Mon travail n’est absolument pas exploitable. Très décevant. J’ai passé des heures à réfléchir sur le concept d’entropie, essayant de l’appliquer au vivant pour déterminer la « finalité de l’existence en général ». Bien évidemment, c’était puéril et sans espoir. Ces approches générales, j’en suis lasse car elles ne mènent à aucune conclusion instructive et utile. Il faut se rendre compte : j’ai passé 6 heures à réfléchir, pour un résultat vraiment médiocre tout simplement parce que j’affirmais des choses sans avoir défini mes termes, tentant de réduire des concepts à une intuition sans fondement, jusqu’à les travestir. Il faut que je parvienne à être plus méthodique.
Angoisses relatives à ma recherche. J’ai peur de ne pas réussir. De fournir quelque chose de médiocre, sans consistance. De rester bloqué quelque part. Après tout, pourquoi ai-je lâché il y a deux jours ma problématique initiale ? Je suis déjà entrain de regretter. Ca me donnait au moins un point de départ. je n’aurai qu’à faire de la philosophie, comme tous les philosophes, plutôt que de chercher la méthode originale et révolutionnaire… Je devrais peut-être revenir à l’effort, plutôt que de me perdre de ce qui va devenir une liste de questions sans queue ni tête… DOUTES.
 Ok. Il faut que je reste sur la même démarche problématique car je suis convaincu qu’elle me permettra d’arrêter d’être obsédé par les solutions. Mais je peux resserrer la focale sur le cas de l’effort. Ainsi je fais d’une pierre deux coups !

 

22/08/16

Je me rends compte que je n’ai presque rien écrit dans ce journal au mois d’août. Pourtant il s’en est passé des choses ! Je place ici ce que j’ai écrit lorsque j’ai formalisé l’idée d’une recherche de problème avant tout (ça ne peut figurer dans un article ou dans le corps de la recherche) :
Je me souviens d’une discussion originale que j’ai eue cette année avec Fabrice Midal, un philosophe français spécialiste du bouddhisme. Je suis allé le voir à la fin d’une de ses conférences pour lui parler de mon projet de recherche. Il m’a demandé de manière plutôt sceptique, en fronçant les sourcils, sur quoi je voulais travailler. J’ai répondu : « sur l’engagement du corps dans la pensée, dans le cas de l’effort ». Il a ouvert grand les yeux, manifestement choqué : « Je ne comprends rien à ce que vous me racontez ». Je me suis dit mince, c’est pourtant pas compliqué ! Moi qui rêvais d’entrer au palmarès des grands philosophes, je sentais que M. Midal ne croyait pas une seconde à la pertinence de mon projet. J’étais incapable de gagner le soutien d’un spécialiste des thématiques que je comptais aborder et cela m’énervait sensiblement. J’ai donc répété mon énoncé une deuxième fois mais à nouveau, j’ai reçu une claque : « le corps, la pensée… mais rendez-vous compte de ce que vous dites, ça ne veut rien dire du tout ! ». Cette histoire m’énerve toujours autant, car je n’ai pas envie de revoir mon ambition et d’oublier les concepts généraux de corps et de pensée sous prétexte qu’ils ont été mille fois étudiés.
Pourtant, je suis lasse de me confronter aux problèmes métaphysiques qu’une poignée de concepts obscurs soulèvent depuis l’antiquité, sans qu’aucune théorie ne parvienne à s’imposer. Les démonstrations semblent toutes bloquées au niveau de ces concepts vieux comme le monde, qui servent souvent à la conclusion des ouvrages bien pensants, histoire de montrer au lecteur que tout reste possible. Les penseurs se répètent avec des mots différents, les mêmes problèmes se posent si bien que comme le disait Paul Clavier dans son cours de philosophie, nous avons le sentiment d’être face à un immense kaléidoscope : la forme évolue mais la substance est inerte. Mes pensées sont-elles le produit d’un corps et/ou d’un esprit ? Suis-je déterminé par mon corps ? Mes pensées sont-elles libres ? Le monde est-il ce que j’en pense ? Dans les articles précédents, je me suis confronté un peu à ces questions pour finalement répondre, sans surprise, qu’elles étaient insolubles. Ces mots ne se suffisent pas à eux-mêmes. On leur donne des dizaines de définitions sans jamais se mettre d’accord et ainsi, les réponses se multiplient, toutes aussi incomplètes les unes que les autres. Toutes aussi insatisfaisantes.
Je suis lasse de vivre dans l’absence de réponse ultime à ces questions. De savoir que quoi qu’on dise, il y aura toujours un « mais » quelque part. Je suis conscient de l’importance d’une possibilité de critique de mes travaux (critère de réfutabilité poppérien) mais je veux que, si elle existe, cette possibilité soit au maximum limitée. Les sages diront probablement que la beauté de la vie, la liberté, réside justement dans l’absence de réponse absolue, irréfutable. Que c’est « pas après pas » qu’un projet se construit. Bien que faute de mieux j’applique ces conseils et subis leurs limites dans mes projets pratiques et collectifs, je les rejette dans le cadre d’une recherche intellectuelle qui se doit de regarder plus loin. M’y soumettre dans ma recherche serait une forme de résignation ou pire, de servitude volontaire. Au nom de quoi la beauté de la vie réside dans sa finitude ? N’est-il pas naïf de confondre ce qui est avec ce qui doit-être ? N’est-il pas facile d’enfermer la vie dans ce qu’on en connaît ? Ces questions forment des problèmes et il me faudrait normalement en choisir un pour commencer ma recherche. Je reconnais la pertinence de la critique de Fabrice Midal : je ne peux pas me lancer en l’état dans la résolution de ma problématique de départ (l’engagement du corps dans la pensée). C’est trop général. Il me faut donc décomposer ma recherche en plusieurs étapes.
Initialement, j’avais prévu de boucler mon travail en une année. Ainsi, il me fallait trouver une première problématique durant l’été 2016 puis commencer les réflexions et expériences sur le terrain  dans la foulée pour enfin proposer des conclusions et un mémoire final à la fin de l’été 2017. Ce programme n’aurait posé aucun problème si mon ambition avait été mesurée. Autrement-dit, si j’avais écouté Fabrice Midal et renoncé ainsi à mes idées folles, un an aurait été suffisant. Je sais maintenant que je ne trahirai pas mon ambition initiale. Je ne conçois pas mon parcours intellectuel comme un ensemble de petites maisons juxtaposées. Je souhaite construire un château ou chaque pierre sera la partie d’un tout et bien que je ne puisse prévoir la forme finale du château, je peux déjà entrevoir sa grande taille car mon ambition est large et je refuse de l’enfermer.
Cependant, je suis loin d’être un génie et je ne me suis pas suffisamment spécialisés dans un domaine pour que mon cerveau me livre une idée eurêka sans crier garde (cf classiquement Einstein et ses géniales expériences de pensée). Par conséquent, il va me falloir du temps pour répondre à mon ambition. Plus qu’une année, c’est certain. Ainsi, de manière progressive, je compte remettre en question chaque étape de ma recherche, à la manière si vous voulez du doute cartésien. Je ferai en sorte de ne pas accepter des postulats qui risqueraient de me replonger dans les impasses d’hier et d’aujourd’hui. Afin de répondre malgré tout aux exigences académiques qui me soutiennent, je produirai un mémoire. Mais ce mémoire sera le résultat du début de ma déconstruction sceptique. Comment, plus concrètement, va-t-elle se présenter ?
Je reproche à la plupart des recherches de poser des problèmes atrophiés, souvent aveugles d’illusions et d’implications. Il est facile, lorsqu’on isole des parties d’un système, de les opposer et de les réunir. Le problème devient plus complexe lorsqu’on pense le système en général. Contre le cartésianisme, la systémique et les théories de l’émergence postulent que « le tout est plus que la somme des parties ». Sur ce point, la pensée d’Henri Laborit fut pour moi déterminante. Ce chercheur français du XXème siècle, neurobiologiste et philosophe, s’est battu toute sa vie contre le réductionnisme des approches monodisciplinaires. Pour lui comme pour d’autres, le monde est un ensemble de niveaux d’organisation ayant chacun des caractéristiques propres et partagées. Ca n’est qu’en abordant les problèmes à travers chaque niveau d’organisation qu’on peut espérer obtenir une solution satisfaisante. Je vous recommande de naviguer un peu sur le site d’un de ses disciples, Le cerveau à tous les niveaux (http://lecerveau.mcgill.ca/intermediaire.php), pour prendre conscience de la richesse de cette approche.
Pour rester fidèle à la complexité laborienne tout en travaillant à la découverte d’une bonne problématique, je vais consacrer une grande partie de ma recherche à soulever des problèmes. L’objectif sera de les formuler le mieux possible (questionner aussi le langage d’énonciation), de comprendre d’où ils viennent et comment ils émergent. Quel est l’influence de l’observateur dans la définition d’un problème ? Comment distinguer un vrai problème d’un faux ? Je souhaite par ailleurs souligner les problèmes qui, malgré une différence apparente, se répètent (par exemple sur le plan logique ou sémantique). Je réfléchirai aussi à la valeur ontologique de certains problèmes : pour quoi ils existent ? Est-il bon de les résoudre ? A travers ce premier grand mouvement de ma recherche, c’est finalement, à travers l’étude des problèmes, la raison d’être des sciences et de la philosophie qui sera mise au défi.
Je vais m’efforcer d’adopter désormais un discours hypothétique, car ce que je propose comme solution est susceptible d’être un problème. Certains seront peut-être agacés par cette prudence, mais je me connais. Je sais à quelle vitesse je m’enferme dans des convictions erronées.

23/08/16

Je viens de finaliser ma description de méthodologie et mon cahier des charges. Vous y trouverez notamment le concept d’effort rituel, l’idée magique qui m’a sortie de l’impasse. Je marchais dans le couloir quand j’ai pensé à une vieille idée, la mesure d’une progression par niveaux, comme dans un jeu vidéo. Je suis finalement arrivé au rituel. Voici le papier sur lequel l’idée est née :

IMG_20160823_115925

Soulagement. Si seulement j’avais mon VISA pour l’Inde ! Je serais sur un petit nuage.

 

25/08/16

Hier, c’était le VISA à Paris. Folie. 5 minutes avant la fermeture, après avoir réimprimé mon formulaire dans un cybercafé du coin. Un vrai parcours du combattant.
Pour la chine : je vais devoir annuler un de mes billets (patna-chengdu), heureusement j’avais l’assurance. En effet, je n’avais pas prévu le délai d’obtention du VISA chinois depuis New Delhi (ça va être sportif). Mpn plaisir quand j’ai découvert que je n’avais pas besoin de VISA pour le Japon !
Aujourd’hui, sous une chaleur à crever, gros après-midi de papiers et documents pour mon  voyage.Je dois tout gérer sans (ou peu) internet en Inde. J’ai donc téléchargé wikipédia et des ouvrages importants. Ainsi que Gallica. On verra ce que ça donne, mais de toute manière s’ils me confisquent mon pc (normalement interdit), ça servira à rien. C’est peut-être mieux ainsi ? Plaisir de savoir que je porte dans mon sac à dos les 60GB en anglais de la meilleure encyclopédie du XXIème siècle…