Journal de bord n°11 Mars

01/03/17
Journée de repos ! Enfin… de travail sur ma recherche. J’ai plutôt bien avancé. Je compte bien boucler cette première partie demain. J’ai cependant un problème de longueur… Mon travail est trop long d’au moins trois pages. Je vais réfléchir à une solution. Dans l’absolu ça n’est pas mortel, mais je préfèrerais respecter l’équilibre de mes parties. Il suffit de passer un raisonnement dans la deuxième.
En fin de journée, étirements puis direction la ville. L’animation dans la rue ! Des vendeurs à la sauvette (qui ici n’ont pas à se sauver…) partout, beignets, pains vapeur, nan chinois, dumplings, pâtes… belle animation. Les rues vivent. J’atterri à l’auberge pour dîner, regarde Ph et L jouer au billard (ils sont bien trop forts pour moi !). Soirée tranquille.
02/03/17
Journée de réflexion intense sur mon avenir. Pas très agréable à faire, difficile. Mais j’ai trouvé la solution parfaite. Du moins je pense.
J’ai créé un modèle pour le projet château, auquel je tiens vraiment. Qui sera le cœur du projet, sa raison d’être. Ainsi, à la rentrée, je vais pouvoir créer l’association et commencer à recruter pour le projet du château. Il s’agira aussi de terminer ma vulgarisation de recherche, qui sera très liée à ce projet. J’ai maintenant un concept génial à proposer pour motiver. Développer tout ça avec MF + parents MF + mes parents. A concrétiser. Si je n’arrive vraiment pas à motiver/recruter avec le pré projet, attendre…
J’ai aussi bossé sur ma recherche. Terminé la relecture de la première partie ! Je suis moyennement satisfait. Mais bon, maintenant je dois vraiment commencer la deuxième, quitte à reprendre la première ensuite. Mais je dois laisser décanter la première partie. Envoyer à Lacroix.
Il faudra que je pense à ma newsletter aussi.
Un français est arrivé, G. Il est d’un calme étonnant, une sérénité certaine. Les pieds sur terre.
Différence entre Yoga et Taiji sur la position du dos, je ne sais plus si j’en avais parlé. Yoga = dos cambré notamment partie haute alors que taiji = dos droit voire bossu partie haute. Choisir ? Varie selon les besoins de la personne. Besoin des deux approches évidemment. Prouve que les pratiques sont trop orientées, incomplètes…. D’où l’intérêt de mon approche comparative. Je mesure la trop grande spécialisation des disciplines. L’absurdité du cloisonnement des traditions.
03/03/17
Discussion avec shifu autour de la table dehors, constituée d’une ancienne « meule », avec tous les gars. Magique. Discussion sur le « mauvais  entraînement » classique de nombreuses écoles, que shifu a suivi dans sa jeunesse à sans casser les os. Celui shaolin qui consiste à durcir le corps face aux coups : bouteilles et briques cassées sur la tête, taper tête mur, s’entraîner contre son corps. Durcir les os mais en même temps les tuer. Exemple de shifu : ses jambes étaient fortes certes mais très raides = il avait des douleurs terribles face au froid, plus mauvaise circulation. Mauvais en tout point, sauf pour les spectacles car ça impressionne. Mais là on n’est plus vraiment dans la sagesse taoïste ou bouddhiste.
Niveau recherche, je suis passé au taiji, enfin ! Ca avance bien, même si cette phase est la plus fatigante. Je dois fonder tous les raisonnements, créer de l’idée. Réfléchir à partir de rien. Je vais continuer ça cet après midi, puis il s’agira d’aller chercher des références, et enfin de reprendre la structure, pour finir par la rédaction.
Entraînement lamentable. J’étais affreusement fatigué, et pollué par les idées de ma recherche qui m’ont complètement bloqué… Je dois faire mieux demain ! Jour de ma série musculaire………
04/03/17
Matinée difficile, grande fatigue. Entraînement musculaire qui fut étonnamment bon, m’a permis de réveiller la journée ! Je turbine toujours relativement à mes recherches. Difficile de savoir si l’on est dans la bonne. J’entraîne mon corps, c’est certain. Je soigne l’environnement autant que possible, parfois pas suffisamment (relation à l’autre etc…) et pas suffisamment rituel. La mémoire ne fonctionne pas suffisamment de manière rituelle non plus, idem pour l’intellect et l’imagination. Il serait bon que je reprenne mes rituels méditatifs. Mais je dois les réécrire car ils ne correspondent plus forcément à ma cosmologie. Quoique… je suis énergie, je dois lutter contre l’entropie en défendant ma structure, la diversité, honorer l’énergie sous toutes ses formes et conserver ma sensibilité grâce au rituel dans les 5 structures. Tout se tient toujours. C’est juste pas toujours très clair l’engagement des séries dans les rituels. Je ne les distingue pas correctement.
J’ai écrit le premier jet de ma newsletter en soirée. Plutôt satisfait. J’y expose un peu mes idées personnelles sur le rituel et la diversité des structures/sources d’information.
Il me reste un fond d’insatisfaction permanente. Mais je pense qu’une grande partie pourrait être virée si je reprenais mes rituels. Et pour le reste, je dois me focaliser sur ce que j’ai à faire. Ouvrir mon attention et accepter la vie comme elle se présente.
05/03/17
Toujours beaucoup de fatigue, qui plombe mes entraînements et ma recherche. Mais ça va un peu mieux, je pense que demain je pourrai repartir droit. De toute manière je ne suis pas dans une colonie de vacances ! Concernant l’entraînement, il faut que je commence à apprendre une nouvelle forme.

Dîner en ville avec Ph, Lw, P et G¨ ! Bouffé des pâtes bien grasses, mais c’était cool. J’ai du rentrer vite pour faire un skype. Et il faut mentionner le fait que la ville de Wudang shan est sans dessus dessous, ils reconstruisent tout pour un festival taoïste l’année prochaine.

Allé, temps maintenant pour la méditation, que je suis décidé à reprendre assidument. Pour améliorer mon engagement mental, intentionnel et attentionnel dans mes actions
06/03/17
Entraînement incroyable. J’ai retrouvé mon énergie ou plutôt la juste sensation de mon énergie physique (attention à elle). Car je n’ai jamais vraiment été fatigué, c’est juste que je n’arrivais plus à mobiliser mon corps, j’étais en retrait. Sans volonté. Un premier déclic fut de retrouver une cohérence dans la structure intellectuelle au niveau des structures fondamentales en plaçant correctement la dimension émotionnelle (relative au degré d’équilibre/déséquilibre) de l’expérience du mouvement et en reprenant ma pratique des rituels mentaux = m’a permis d’engager correctement pleinement l’attention dans la structure physique, objet de l’action. Montre l’importance de répondre au besoin fondamental. La structure intellectuelle me pose le plus de problèmes en ce moment, car elle est particulièrement instable et demande beaucoup beaucoup d’attention. Normal. Période de vie. Un deuxième déclic fut tout simplement de me secouer, d’aller dans l’effort en soufflant ma race. De manger le mouvement physique, d’engager de l’énergie dedans. D’extraire l’énergie des cellules pour la jeter dans le mouvement. De sentir l’énergie dans tout son corps et pas une contraction/décontraction du corps accompagnée du souffle, développer l’effort maximum dont je suis capable. Ce fut comme de décoincer une porte rouiller depuis des années car cela fait plusieurs jours que je suis mou, sans volonté, sans impulsion. Il s’agit là d’engager l’intention dans l’action physique. D’agir intensément.
Discussion avec G¨ sur le fonctionnement des vertèbres/disques. Importance de s’étirer vers l’arrière autant que vers l’avant. Cf parallèle yoga et taiji.
Envoie de ma newsletter et mise à jour de mon blog. Il me reste à revoir l’article de présentation. Je dois aussi envoyer un mail à Mn et lire le texte de Fl.
Mise à jour de documents relatifs à ma recherche perso, écriture de synthèse (dont l’article du blog) sur l’art de soigner les 5 structures par le rituel et la diversité.
07/03/17
Illustration de l’intérêt de la diversité pour nourrir des 5 structures :
Discussion passionnante avec G¨!
J’ai pris conscience des parallèles faisables entre les 5 structures et la médecine chinoise. C’est incroyable que je sois tombé également sur le nombre 5. Peut-être pas une coïncidence ! Savoir qu’il y a ces cinq éléments, cinq mouvements différents liés à eux et intégration au cycle de la journée, ça éclaire considérablement ma théorie de cinq structures. Dois-je l’abandonner au profit de la médecine chinoise ? Ca serait pratique, car il y a plus de livre sur les cinq éléments que sur mon système… Mais encore une fois, le taoïsme n’est pas le yoga, le christianisme, la science moderne… Il est limité. Un exemple de différence entre mes 5 structures et les 5 éléments :
Les 5 éléments prennent le corps, dans lequel ils se répartissent. Chez moi, le corps (structure physique et émotions) n’est qu’un bout de l’organisme et un seul élément à lui seul. Le reste de l’organisme est composé de l’environnement, de la raison etc… Ainsi, j’ai défini d’autres structures fondamentales de l’existence, que le taoïsme ne mentionne pas. J’ajoute un méta couche supplémentaire au système. Le corps du taoïsme devient un élément, et non seulement le contenant des 5. Si je descends au corps (physique et émotions), on retrouve une déclinaison des 5 structures/éléments à l’intérieur, mais quand je parle du corps, je ne parle pas de tout l’organisme humain. Ici est la nuance. Ainsi, utiliser le taoïsme pour comprendre comment fonctionne le corps est très pertinent. Cependant, se limiter au taoïsme peut conduire à négliger les autres structures de l’organisme, comme par exemple l’environnement. Le principe que quand on prend un élément, on retrouve en lui l’influence des 5 autres est également une originalité. Mais le débutant ne peut penser à trop de couches à la fois. Il doit commencer par corps/environnement/raison/mémoire/imagination.
08/03/17
Je n’ai eu une enfance malheureuse. Pas orphelin, pas battu par mes parents, pas mauvais à l’école, pas victime à l’école. Parfois je le regrette presque. Le malheur nous donne à connaître la vie et à grandir. Je dois avancer avec un passé glorieux. Et ainsi continuer à m’élever dans la joie. Ca m’oblige à viser plus haut ! Une chance, mais aussi une responsabilité.
Je veux agir contre cette tendance française à se résigner, à se complaire dans le négatif, la critique. C’est trop facile. Et ça gâche des vies. C’est trop facile de se placer en victime des autres, de l’état, du patron. Oui, certains on eu moins de chance que d’autres, mais toute situation est une opportunité vers un meilleur. Ca n’est pas une question de connaissances, mais de détermination, d’énergie. Il est faut de penser qu’il est plus difficile d’être heureux quand on naît fils d’ouvrier que quand on naît fils de ministre. Je connais des ouvriers très heureux, et d’une grande sagesse. Ont-ils fait de grandes études ? Non.
Discussion avec G¨ d’une richesse impressionnante. Sur l’importance de la lenteur dans les étirements, sur l’écoute du corps, l’importance de jouer avec et de le laisser trouver lui-même ses tensions. G¨est capable de se relâcher de partout, simplement par la pensée. Qualité de la relation au corps, que je veux étendre aux autres structures de l’existence. Ainsi la vie s’équilibre éthiquement.
Je ne sais toujours pas pour mon master… C’est terrible. Le choix du cœur avec com ou le choix de la raison avec stratégie. Aujourd’hui je pencherai plutôt vers stratégie. Hier c’était com… Je vais regarder à nouveau les maquettes pédagogiques. Si je choisis stratégie, je vais devoir jouer un double rôle. Mais comme j’ai déjà tendance à partir facilement dans mes idées et projets fous, c’est peut-être bien d’avoir les pieds sur terre avec ce master. Rien ne m’empêche de développer à côté. Ce master apportera l’équilibre. Mais je dois demander à Martin son avis. Il le faut. Maintenant.
09/03/17
Pas envoyé de message à Martin. J’aurais du. A faire demain !
Balade dans la cour du temple, discussion passionnante avec G¨. Conscience bien plus clairement du jeu de balance entre noir et blanc, ciel et terre, yin et yang, enfant et vieux, intention et attention, couleurs matière et couleurs lumière. L’importance de la fusion dans l’équilibre. La possibilité d’éviter de souffrir le passage à l’extrême (de recharge ou décharge) pour exister pleinement. En trouvant la balance dans l’intention et dans l’attention.
Discussion aussi sur la relation homme femme et la nouvelle génération de couples où il n’y a plus un rôle masculin féminin mais une complétude des deux partenaires, unis dans leur complétude.
Peu avancé sur ma recherche. Peu satisfait de ce que je fais. Je dois trouver des références, quand j’aurais terminé d’écrire la partie relative à l’aperception de l’effort et de la circulation, la fluidité. Trouver texte classique taiji + Que sais-je + workbook + textes généraux un peu + discussion avec shifu.
Longue réflexion sur mon avenir. Peu relative au projet château. Exemple inquiétant de l’association terre du ciel. Pris conscience de l’importance d’un rachat et non d’une location + de faire passer l’aspect culturel en verni secondaire, pour soutenir le socle = hébergement, cérémonies et agriculture + taverne.
10/03/17
Jour a marqué d’une pierre blanche. Je viens de franchir une étape fondamentale dans la progression dans la maîtrise de la structure corporelle (1/5). J’ai associé le côté étirement du Yoga à la pratique du Taiji. J’ai donc, plutôt que de faire les basics rapides et violents, pris le temps grâce à l’initiative de G¨, de m’étirer dans une grande lenteur, une grande douceur et une grande écoute de mon corps. Pour sentir ses besoins, relâcher les tensions profondément. J’étais bien. Je faisais du bien à mon corps. Je ne dépassais jamais un certain stade de douleur.
Puis Taiji. Etant complètement ouvert, l’énergie circulait à fond. Et les mouvements coulaient, dans une immense lenteur. Ma perception était décuplée. C’était facile. Bon. Ca coulait. J’étais presque aussi émerveillé que dans la prise de conscience vers un rêve lucide.
Ouverture (et renforcement) du corps puis canalisation de l’énergie sans extrême, en prenant le temps de sentir. Voilà les trois composantes fondamentales de la structure corporelle en décharge d’énergie équilibrée.
Les jours comme ça sont rares. C’est un cadeau de l’énergie. Je l’en remercie. J’ai pu avoir une attention très engagée, très continue, très riche. Une attention au mouvement de l’énergie.
Dîner à l’hostel avec G¨, bonne pizza. Quelques courses dans la ville, d’une animation folle tous les soirs. Avec vendeurs de légume, de pâtes, de viande ambulants + beignets, pains, galettes à déguster dans la rue. C’est véritablement un lieu vivant. Bien plus cool que chez nous, où tout est rangé, morne. C’est un marché de Noël permanent, sans les décorations.
Skype avec mon cher ami Fr ! Prépare son voyage en Iran. Quel plaisir de le « revoir ». Il viendra peut être me rendre visite au Japon.
Demain c’est le début du weekend. Je suis dans une attention particulière sur le corps. Cela correspond à ma coque de coco. Je dois trouver un rituel à faire avec. Boire dedans me semble être la meilleure idée !
Toujours ces réflexions sur mon avenir… je doute à mourir. Je me sens capable de tirer autant profit sans master qu’avec. Je dois construire mon corpus de connaissances relatives au droit, à la stratégie économique, à la communication et surtout au management = gestion de projet, timeline, animation de réunion, crises, cnv… En tout cas si je fais un master c’est fin strat avec certitude.
11/03/17
Discussion avec Lobi, l’allemand étrange, peu sociable, que je soupçonnais être un prof d’université. Je n’avais pas manqué ma cible. Il est prof en université en american studies, spécialisé dans la culture alimentaire américaine… c’est super intéressant de discuter de ce thème avec lui !
12/03/17
Journée très difficile. Le temps est pluvieux et froid. J’ai passé tout l’entraînement du matin et la pause du midi à réfléchir à mon avenir. Master ou pas ? Que faire au mieux pour le projet château ?  Hantise de la vie parisienne, pollution, excitation, dispersion… Mais finalement je reste sur le master. La césure aurait signifié fin des études et je pense qu’il vaut mieux valoriser les opportunités d’ouverture que je n’aurai plus après. Il n’empêche que je vais devoir trouver le temps de lancer le projet ferme bio taverne épicerie, et de visiter des lieux d’inspiration. Se promet chargé !
Soulagé l’après-midi après avoir posé mes idées par écrit, et pris une décision. Je ne peux pas vivre dans l’indécision. Quand je suis dans une telle crise existentielle, la meilleure solution est de poser par écrit. Ce qui m’a ramené au master fut de lire le programme en ligne et de réaliser que je pouvais lancer mes projets tout en faisant le master.
13/03/17
Le froid est revenu ! 4 degrés et une pluie glaciale. L’entraînement est plus difficile. Mais je suis tellement soulagé d’être plus serein face à mon avenir.
Après-midi d’étirements. Bel entraînement malgré le froid. Complet et équilibré. La recherche s’est bien passée également. J’ai une trame plus que correcte pour le taiji. Je crains un peu la réponse de M. Lacroix sur le Yoga qui sera déterminante.
On est allé avec P et G¨à la boutique de couture. G¨a récupéré sa commande et moi j’ai demandé un super haut, fermeture côté qui peut se porter ouvert, avec capuche, doublé… un peu en mode tenue jedi. Acheté un petit boze en ville, retour à l’école de nuit.
14/03/17
Période étrange. Tout va bien, mais pas hyper bien. Je suis dans une sorte d’équilibre, de routine bien huilée. Chaque jour a son lot d’efforts, et de plaisirs. Le tout en harmonie. La vie est satisfaisante. Ma recherche avance, mon entraînement est bon. Demain soir on va faire du karaoké avec les gars, LE divertissement asiatique.
Mon système rituel personnel se met en place dans ma tête, bien qu’il me faille le reprendre entièrement par écrit, associant mon travail d’Inde, mon mémoire et mes réflexions récentes. Je peine cependant à l’appliquer correctement. Manque de rituels méditation matin et soir. Manque également les immersions culturelles, mais je préfère commencer ça à la rentrée. Ou cet été. Difficile de poser des actes rituels. G¨ y parvient mieux que moi. Travaille beaucoup à partir d’objets.
Séance de mail. Je dois encore répondre à N, A, relancer M¨, F
Je viens d’apprendre que mon grand cousin E va être Papa pour la première fois ! Avec le deuxième de J également programmé, la famille s’agrandit vraiment. Les renforts arrivent. Génial !
15 et 16/03/17
Weekend génial (mercredi et jeudi). Intense. Recherche mercredi matin. J’ai écrit « conclusion générale ». Ca ne signifie pas que c’est terminé, mais au moins j’ai une structure qui tient la route à partir de maintenant. Reste à améliorer, affiner. Préciser.
A nouveau recherche mercredi aprem.
En fin d’aprem direction l’auberge. Là, pains au sucre brun et beignets achetés en ville puis pizza. Moment de pur bonheur, simple. Puis direction… la boite de karaoké ! Avec Mia, une norvégienne qui est ici depuis 5 ans. Qui étudie à l’université de sport/kungfu de la ville. Qui veut ouvrir son école de kungfu. Un caractère incroyable, très fort. Rencontre aussi de Th, un français qui vit en Chine depuis 14 ans ! Il a un gîte dans la montagne depuis 3 ans. Il traduit des textes classiques et donne des conférences en France à l’institut Confucius. Il est venu aussi au karaoké, une initiative de Mco à l’origine.
Magasin au rez de chaussée. On monte un escalier. Un gardien nous accueil dans un couloir avec différentes portes, comme un hôtel. On entre dans une « chambre ». Là grand canapé rouge, deux écrans. Mco, P, Thr et J de Londres, J , Lw et Viv sont déjà entrain de chanter. Un écran pour les paroles et le clip, un autre pour choisir la musique. Justin et Lw nous on fait un Till the end de Linkin Park génial. J en mode hard métal. Halo de Beyoncé avec tout le monde qui crie sa race à n’en plus pouvoir. Mco nous fait O sole mio comme un chanteur d’opéra… Et avec P on fait lever et danser tout le monde pour… un stromae Alors on danse enflammé. La salle se transforme en boite de nuit. Hangover de Taio Cruz, c’est de la folie. Une ambiance incroyable, sans alcool. On va chercher les chinois de la salle d’à côté. On danse avec eux. Sacrée expérience !
Le lendemain direction le temple du dragon, un vieux temple non rénové, le plus ancien de la région, qui date du VIIème siècle environ. Un frère de kungfu de Shifu fait des travaux d’aménagement pour l’ouvrir aux touristes. Shifu nous y a emmené exceptionnellement bien que ça soit pas encore ouvert. Visite des lieux, rencontres des moines taoïstes qui vivent sur place, dans la montagne. Avec leurs propres jardins, leurs petites maisons de terre. Déjeuner avec eux. Découverte du tofish. Du tofu mis en forme de poisson pour faire genre. Aprem, direction le sommet de la montagne la plus proche ! Bel aménagement, escalier de pierre tout au long de l’ascension.
Discussion avec G¨sur les chevaux, l’éthologie, la magie de ces animaux. Le débourrage éthologique… puis sur les projets d’avenir, maison, famille… bref du recul, de la tranquillité, de la sagesse. J’ai appris que les feuilles dorées des arbres de Chengdu sont des feuilles de Gingobiloba ! Un arbre incroyable. Martin RPZ.
Au sommet de la neige cependant entrain de fondre doucement parmis les bambous et les sapins, un arbre au milieu d’une petite marre, des points de vue magiques, des grottes d’ermites (vide cependant)… retour avec accueil par panier de fruits : banades, kakis séchés, tomates cerises, oeils de dragon, dates… corne d’abondance pour qui vient de faire une longue marche.
Extrait d’un mail :
C’est difficile paradoxalement à Paris. Il y a tellement de choses à faire que j’y étais perdu. Je ne suis pas habitué à cette ville folle… Mais j’espère bien réussir à créer un bel équilibre l’année prochaine entre mon master, le développement sérieux de colibris et l’approfondissement des idées et pratiques que j’ai découvert cette année. J’ai aussi envie de faire plus de jeux de rôle, et je peux compter sur Maël pour m’y aider (entre autres choses).

C’est important les retraites, mon prof de bouddhisme le disait. Je pense en faire aussi que je rentrerai. Ca permet de remettre les pendules à l’heure. Mais je pense qu’il faut au minimum une semaine pour installer quelque chose. Ici, à Wudang Shan, je mesure tout le bénéfice d’une vie équilibrée, où l’emploi du temps est régulier, pas chamboulé sans arrêt. Il y a des moments d’imprévus, mais on sait qu’on pourra retrouver un équilibre après pour se recentrer. Ca donne beaucoup plus d’énergie, d’ouverture aux autres, aux choses importantes… J’ai rencontré un français Thomas qui vit ici dans la montagne depuis 14 ans ! Il traduit des classiques chinois et a ouvert un gîte. Il n’avait pas internet pendant longtemps et il m’a dit à quel point ça permet de créer, d’explorer en profondeur la vie. Il a calligraphié à la mode chinoise les fables de la fontaine ! Quand tu n’as pas de divertissement faciles à portée de main, tu dois bien en créer de toi même… du coup je pense ne plus aller sur facebook (que je n’ai pas actuellement), sauf nécessité pour un projet ! C’est un outil vicieux, trop pensé pour nous déposséder de notre lucidité.

Mercredi soir c’était soirée karaoké, les chinois adorent. C’est comme un hôtel, sauf que chaque chambre contient un grand canapé, une table basse, un écran avec les clips et les paroles et un autre pour choisir ses morceaux parmis une playlist immense. Du coup tu viens en groupe et tu te fais une soirée karaoké privée. Tu manges, bois et chante. A la fin tout le monde était fou, à danser et chanter sans fin. On a envahit la chambre voisine et dansé avec les chinois. Et personne n’avait bu d’alcool. Je pense que c’est un autre effet secondaire positif de la vie simple et pure : tu deviens plus sensible aux plaisirs et tu n’as plus besoin d’alcool pour être « high ». Les ricains ont particulièrement aimé Alors on danse de Stromaé 😉

Hier, c’était excursion dans un temple taoïste perdu dans la montagne, qui date du VIIème siècle. Des moines y vivent, avec leur propre jardin. On a randonné, jusqu’à atteindre la neige. C’était très beau, au milieu des sapins et des bambous 🙂 Au retour en fin d’aprem, une corbeille de fruits nous attendait : kakis séchés, dates, bananes, pommes, oeils de dragon… Une corne d’abondance.

Enfin voilà, les journées passent tranquillement. Concernant le master, je vais en finance et stratégie (mention stratégie et management). C’est un comble pour quelqu’un comme moi, mais j’ai entendu trop de mal du master comm… et j’ai besoin pour mon projet de connaissances en compta, management, droit des contrats. Je suis enthousiaste, après beaucoup d’hésitations !

Il faut absolument que je prenne le temps de répondre à certains mails. Viva !
17/03/17
Belle journée d’entraînement ! Fatigue immense le matin à cause de la veille. Mais j’ai malgré tout fait l’entraînement et étonnamment, j’ai réussi à me sentir mieux après. Notamment après les 5 animaux. Ca m’a dérouillé. Du coup aprem étirements. Je suis allé très loin, en prenant beaucoup mon temps, par série de trois. Faire des étirements comme une série de muscu ou de cardio. C’est le secret. On n’y passe jamais suffisamment de temps.
Mon Taiyi progresse. Discuté avec G¨de l’importance du temps d’intégration. De laisser reposer un savoir quelques jours et de le reprendre après. Le cerveau travaille inconsciemment.
Lu pour ma recherche, mais pas suffisamment longtemps. Je suis dans une période transitoire, je ne sais pas trop où me placer. Je peaufine avec des références, mais je ne me sens pas de reprendre tous les raisonnements. Peut-être qu’il faudrait que j’en risque quelques uns à part puis que je vois si je dois intégrer. Dans tous les cas l’important là c’est de lire. De m’informer. Je compte passer la majorité de mon temps à cela. Et si j’ai des creux, je commencerai à réfléchir à mes recherches personnelles. Mais doucement. Très doucement. Je dois remettre en ordre. Me décider sur ce que je veux dire, montrer. Sur une structure. Avant même de penser au contenu. Importance des questions et des exemples.
Commencé hp5.
18/03/17
J’ai choisi mon master. Finance et stratégie. Donc je dis définitivement adieux à l’ENA. De toute manière je ne me sens pas d’entrer dans ce monde sclérosé. J’ai bien plus foi dans la dynamique Colibris. Et le réseau selon moi se construit sans avoir besoin d’être assis sur les mêmes bancs, et à faire copain/copain juste pour l’intérêt personnel. Je suis heureux de me lancer dans le monde de l’entreprise éthique.
J’ai fait mon circuit training. Violent mais bon, comme toujours. Je tiens le coup physiquement.
En partant d’un débat sur un documentaire de Nassim Haramein (personnage très controversé), longue discussion avec G¨ sur l’importance de la diversité des approches, et le rejet des réductions qui uniformisent le monde, comme les tentatives d’unification scientifiques, qui rejettent les autres approches, efficaces dans le sens qu’elles donnent aux individus = analogies… :
traduction pour l’unité dans la diversité plutôt que la réduction pour l’uniformisation dans l’unicité.
Exemple de la traduction de texte. La possibilité de décrire une même chose de différente manière avec un seul langage, ou d’un langage à un autre. L’importance de ne pas simplifier une description à un seul discours car peut être que le détail d’un discours insignifiant aujourd’hui se révèlera très important demain. Donc être ouvert à tout, même si ça n’est pas directement pertinent pour la situation vécue dans l’instant.
Une nouvelle découverte scientifique ne signifie pas qu’il faut mettre de côté les interprétations spirituelles du phénomène. Les deux restent important car ils agissent sur des structures différentes (imagination vs raison par exemple).
Etape du progrès où on est tenté de tout réduire à un seul discours, par exemple la science. Mais la beauté de l’existence réside dans la diversité des discours, des approches, des visions. Et la possibilité de les associer. Exemple de la manière dont travail G¨.
Il y a une substance commune dans tous ses discours, mais les essences diffèrent. Pas nécessairement des réifications.
D’où l’importance de vivre et d’agir en alternant entre différents discours, pour qu’ils se nourrissent les uns les autres. Et que l’un complète l’impuissance de l’autre. Ils ne se marchent pas dessus, car ils portent sur des structures irréductibles. Les mathématiques n’auront jamais le même effet qu’un conte merveilleux sur un cerveau. Cf Strauss.
L’étape ultime est d’arriver à associer les différents discours dans une même expérience. De les superposer sans les fusionner. D’être le multiple.
J’avance dans mes réflexions personnelles. Je pense écrire un essai sur la vérité traductrice, l’intention, l’attention appliquées dans le rituel et la logique moraliste. Pour présenter ma vision des outils fondamentaux. Puis je balancerai un essai « Livre des rites » où je présenterai pour moi mon système rituel et moral. Avec les cinq structures etc…
19/03/17
L’étau se resserre pour mon choix de master. Je vais bientôt ne plus pouvoir changer d’avis, et devoir renoncer à une préparation optimale pour faire l’ENA ou autre fonction administrative, renoncer à servir l’Etat (via le master administration publique). Peut-être que j’y reviendrai un jour, mais je ne pourrai pas entrer par la grande porte. Je vais vers le privé, le monde de l’innovation, du progrès rapide, de demain. Des opportunités, de la liberté. Qui tend de plus en plus vers un respect du bien commun.
Pas d’entraînement cet aprem ! Je me suis fait happé par mes réflexions philosophiques, que je partage avec F. J’ai lu ses textes sur Spinoza, et commenté. Les 2 heures se sont envolées. C’est bel et bien une forme de passion. Etirements reportés à demain.
Skype avec les parents. Hâte de revenir, relancer des projets. La ferme. Vivifier
Retour sur des forums de rêve lucide. Plaisir de retrouver cet univers. Envie de pouvoir en faire très bien, de maîtriser. Je dois reprendre les RC.

 

20/03/17
Calme plat à l’entraînement. Peu de motivation. Après-midi spécial avec balade dans la montagne, coach et tout le groupe. C’était cool, étonnant mais cool. Du coup je ne me suis pas étiré, à faire demain absolument. Pas plus mal me permet de laisser se refaire les tendons.
Soirée magique. Shifu fait des tables pour manger dehors avec des vieilles meules de moulin. Qui pèsent près d’une tonne. Il a fallu en déplacer deux dont une à travers toute la cours d’entraînement. On s’y est mis à 15 autour de la meule, c’était super lourd. Avec des points de pause le long du parcours. On ne pouvait pas faire plus de 4 mètres en une fois. Finalement on a réussi le déplacement, avec des grands cris de soulagement. Le genre de scènes qu’on peut vivre dans un habitat collaboratif, avec une dimension collective.
Commencé à relire attentivement ma recherche, pour terminer les citations et les corrections. Je réécris certains passages. A poursuivre.
Je veux vraiment reprendre les rêves lucides. J’active le souvenir de rêves et les tests de réalité. Autosuggestion à prévoir, et se remémorer l’objectif : se téléporter et traverser le monument aux morts vers le jardin d’eden.
21/03/17
Belle séance d’étirements cet aprem et réflexions riches relatives à mon éthique et à ma morale.
Dîner dans un hôtel grand luxe pour célébrer avec shifu (le maître) le départ d’un grand nombre d’occidentaux : P, Ph, Lw, A et Aa, Th et Jy… bref un sacré noyau. Buffet incroyable. Du hotpot aux pâtisseries raffinées. Il y avait vraiment de tout. Salades, Glaces, Gâteaux, Fruits, Frites, Pâtes, Huiles exotiques, viandes, boissons… Tout à volonté. De la folie. Pour 10 euros… C’était vertigineux. J’ai testé à trois reprises la réalité pour vérifier que ça ne soit pas un rêve. Contraste immense par rapport à la simplicité de la vie quotidienne dans l’école. Confirme qu’on apprécie d’autant plus les plaisirs quand on simplifie son mode de vie. Je n’aurais peut-être pas été aussi émerveillé en France. Résolution de maintenir une simplicité de mode de vie. Mais une joie malgré tout. Pour vivre des joies encore plus grandes à toute occasion. Belle ambiance avec les coach (un peu bourrés). Retour dans le coffre d’un pick up arrêté en stop.
Discussion intéressante mais délicate si pas tolérance et bienveillance et humilité et ouverture, avec P sur le dark side des gens et la sensation qu’on peut en avoir. Les jugements sur des impressions… Quelle est ma connaissance de l’autre, du danger potentiel qu’il représente selon qu’il se maîtrise et se connaît ou pas, et comment le juger relativement à ma morale ?
Les quatre dangers dans la sensation du niveau d’autrui dans la maîtrise de son énergie/mouvement/puissance :
  1. Le faux jugement = impression erronée
  2. Le jugement réducteur = fusion cognitive, simplificateur
  3. Le jugement définitif = rejet de la personne sans effort de soutien/découverte
  4. L’absence de jugement = risque de mauvaise surprise, de se faire absorber, naïveté
Il faut distinguer les personnes qui ne connaissent pas et ne maîtrisent pas leur éthique/morale, celles qui connaissent mais ne maîtrisent pas et celles qui connaissent et maîtrisent. Quelqu’un qui ne connaît pas est entièrement imprévisible, soumis aux forces qui l’habitent. Mieux vaut éviter de lui donner du pouvoir, importance de le cerner. Quelqu’un qui ne maîtrise pas mais qui connait peut au moins savoir qu’il doit éviter le pouvoir. Quelqu’un qui connaît et maîtrise peut utiliser l’énergie de manière lucide. Il est prévisible, justifié. Il sait appliquer son éthique et sa morale.
Il y a des différences de systèmes éthiques et moraux. De finalités et de méthodes au service desquelles est mise l’énergie. Le dark side est le pire des systèmes. Celui qui est dans son dark side est doté d’un pouvoir, mais il ne connaît pas et ne maîtrise pas l’éthique et la morale qu’il poursuit. Il n’a pas d’identité. Ainsi, son pouvoir est sauvage, manipulable, imprévisible. Bref c’est une bombe à retardement. Le dark side est une négation de la puissance subjective, du contrôle et de la connaissance de soi, de la responsabilité et de la liberté. C’est le système qui n’est pas choisi mais subi. C’est le côté de la soumission, de la jouissance et de la souffrance sans garde fou. De l’inconscience. De l’impuissance de la volonté. Chaque personne a un dark side plus ou moins fort, c’est à dire des pulsions énergétiques (mouvements de structures existentielels) et donc une éthique et morale plus ou moins hors de contrôle. Le dark side, c’est l’énergie déchaînée.
Pour quelqu’un qui souhaite exister en tant que sujet conscient et puissant, maître de son existence, l’enjeu est de réussir à mettre le dark side sous contrôle, voire de réussir à l’utiliser de manière positive (mais très risqué cf. gandalf). De choisir son éthique et sa morale, et de les respecter en maîtrisant le pouvoir énergétique que la vie nous offre. Mais un individu peut choisir la folie. Rien ne prouve que c’est contre nature. Et ça n’est donc pas parce qu’un individu sans dark side est sans danger pour moi. S’il choisit un système éthique et morale opposé au miens, par exemple la volonté de détruire la vie, alors il a beau être très lucide sur son éthique et sa morale, il est un danger et je dois m’en protéger. L’avantage, au moins, c’est qu’il est possible de discuter avec ces personnes, de dégager une logique, une stratégie. De connaître leur position (pas comme Jack Sparrow).
Les personnes les plus dangereuses sont celles qui croient connaître et maîtriser leur système, mais qui en fait sont possédées par le dark side, c’est à dire qui ne savent pas vraiment ce qu’elles font. Elles parviennent alors à donner l’impression de savoir et de maîtriser, et donc d’acquérir le pouvoir, mais en fait ça n’est qu’une illusion. Cependant, encore une fois, ces personnes ont le droit, dans l’absolu, de choisir de ne pas être responsables. Elles doivent cependant en assumer les conséquences face aux hommes raisonnés.
22/03/17
Je souhaite avant mon départ, le 4 avril, terminé un certain nombre de lectures, finaliser mon premier jet de la deuxième partie de ma recherche, continuer les réflexions créatives relatives à mon éthique et morale. Je vais attendre d’être au Japon pour rédiger ma nouvelle newsletter, de manière à poster toutes mes photos sur le drive en même temps.
Journée de travail sur mes rituels et sur ma recherche. Presque terminé la relecture. Il y a des points de faiblesse, qui mériteraient éclaircissement. J’attends aussi la réponse de mon référent pour aviser.
Fin d’aprem direction la ville avec G¨ ! Achat de graines et de fruits pour refaire les stocks. Puis on a regardé une conférence d’un scientifique controversé, Nassim Haramein, qui veut réussir à formuler une théorie du tout en physique. Ca sent très très fort la pseudoscience, et l’imposture de vérité scientifique. Je ne peux donc pas le croire. Mais les concepts qu’il présente, et le personnage lui-même, sont intéressants. Ca ouvre l’esprit à de nouvelles manières de percevoir l’univers, qu’elles soient imaginaires ou réelles.
Dîner à l’auberge, puis partie de billard avec Wt. Jeu génial où si on est par exemple trois, on peut diviser les boules en trois et chacun doit, plutôt que de rentrer ses numéros, les protéger et détruire ceux des autres. Puis jeu de carte ramené par Hg l’allemand qui apprend la médecine chinoise. On peut toujours compter sur un allemand pour un bon jeu de société ! Le jeu s’appelle Wizard, c’était cool.
23/03/17
J’ai finalisé ma recherche, en écrivant notamment une conclusion détaillée. Ma plus grande peur serait que Lacroix me demande de tout reprendre. Je refuserai le cas échéant. Je préfère accepter ce fondement de réflexion, ce premier essai, quitte à lister les problèmes qu’il contient (forcément) et à repartir sur un autre plus tard.
J’ai proposé une ouverture sur le confucianisme, et donc sur l’application politique de l’exercice rituel.
Couru dans toute la ville pour trouver la couleur du tissu que je voulais pour un habit stylé. Impossible à trouver. J’ai finalement renoncé, pris en photo l’habit en question avec la ferme volonté de le faire moi-même avec l’aide de Mj quand je serai rentré en France !
Soirée loufoque. Dw Zh, le mongolien réalisateur, nous a montré un de ses films, sur les USA. C’est tout ce qu’il y a de plus mauvais. Très sincèrement, l’impression que ça donne c’est qu’il filme tout, absolument tout ce qui est le moins intéressant possible. Voilà le concept. Mais cette critique n’est pas négative, au contraire… Son art est paradoxalement intéressant car comme nous sommes habitués à regarder des choses impressionnantes, des histoires, des choses belles… Là c’est exactement tout ce sur quoi ton œil ne s’arrêtera pas lorsque tu voyages ou séjourne quelque part. Il visite les clochards, il filme quelqu’un entrain de travailler à l’ordinateur, entrain de dîner, entrain de préparer à manger, entrain de conduire, un cuisto sur un trottoir, des gens entrain de lire dans une bibliothèque… Le concept n’est pas à rejeter. Ca ouvre l’œil à une nouvelle dimension, une nouvelle manière de regarder un film. En fait, quand on t’impose les images de choses banales ou moche, parce qu’il te faut bien les regarder et dans l’idéal passer un moment agréable, tu as le réflexe de chercher le beau dans ce que tu vois. Et ça fonctionne !
24/03/17
Journée de mauvais temps, le même depuis maintenant deux semaines. Mais tout va bien. J’arrive très bien à développer mes rituels sur les nouveaux fondements pensés récemment. Une structure par jour. Stimulant, pertinent. Sain. Equilibré. Ca fonctionne bien. Par exemple aujourd’hui je suis sur la structure environnementale. Et en plus des méditations, ajout de l’ouverture spatio-temporelle relative à la saison. D’une richesse incroyable ! Je lis les news de colibris, et tente de plus m’ouvrir à l’autre
Conférence de Shifu ! 2h30 de réponse à nos questions. J’ai pu mesurer sa sagesse. Qui ne vient pas de livres, mais de son expérience de vie, d’entraînement. Il a véritablement saisi l’importance d’une part de l’équilibre dans l’existence par l’intention, et d’autres part du travail sur la sensibilité, le développement de l’attention. La quête d’une plus grande compréhension, maîtrise, expérience de la vie. Extrait sagesse :
« Le dao est une sagesse. Quand on devient sage, on comprend tout. L’esprit n’a plus à chercher. Il trouve. Et le meilleur chemin pour commencer, c’est le corps et l’esprit. Comprendre ses besoins, son fonctionnement. Le corps est un univers en miniature. Qui comprend son corps comprend l’univers. Le dao implique de suivre mais suivre implique d’abord d’accepter. Accepter les lois de la Nature, du monde. Commencer par accepter et suivre, pour comprendre et agir »
« Pour avoir une vie complète, satisfaite, il ne s’agit pas de chercher le bonheur. Mais une voie, c’est-à-dire un rêve à porter tout au long de sa vie, à incarner. Le bonheur n’est pas une voie, c’est un résultat de la voie ».
« Chacun vient au monde avec une mission. Il faut la trouver. Moi, je sais que dans quelques années, je partirai dans la montagne. Voici ma mission absolue. Mais pas pour le moment, je dois enseigner dans mon école. C’est ma fonction, pas ma mission. Ma fonction dans la société, ça on doit l’accepter. Accepter sa place, telle que la vie l’offre. Il ne s’agit pas de choisir mais d’accepter à partir d’où l’on est. Si on attend le choix parfait, on ne sera jamais satisfait. Etre satisfait, c’est accepter ce qu’on a, arrêter d’être insatisfait. Mais je sais que ma mission absolue (légende personnelle), c’est de me retirer.
L’essentiel, c’est de ne pas changer radicalement de voie et de fonction. De prendre ce que mon passé, mon histoire me lègue. Continuer, persévérer dans la voie qui permet de vouloir la vie en tout temps et tout lieu, et la fonction qu’on accepte comme nécessité. Attention à ne pas confondre la persévérance avec l’aveuglement et l’obstination. Il faut s’adapter, bifurquer, mais pour mieux revenir.
Une fonction stable et acceptée permet de se libérer pour la voie. D’une certaine manière, ma voie est celle de l’éveil de la sensibilité. Aujourd’hui je peux lire les gens. Je vous connais, chacun de vous. Mais j’ai encore besoin de progresser. La question n’est pas de compléter sa vie, mais de progresser sur une voie claire, identifiée ».
« Pour obtenir le sentiment de non effort, le flow… il faut répéter longtemps, de nombreuses fois. Au début on ne comprend pas pourquoi, on n’a pas le sentiment d’entrer dans le mouvement. C’est comme pour la course d’endurance. Dans toute activité, on peut atteindre cet état d’effort sans effort, mais il faut tenir longtemps, pour que le corps s’adapte parfaitement à l’exercice. Tenir pour comprendre. Quand j’étais jeune, j’ai fait beaucoup d’entraînement externe. Quand je suis arrivé dans le Wudang, j’ai commencé la méditation debout et c’était très difficile, bien que moins impressionnant. Comment cela peut améliorer quelque chose ? L’effet se révèle dans la persévérance, la durée ».
Illustration de la méthode traditionnelle (peut-être trop rigide malgré tout, même les fondamentaux doivent s’adapter petit à petit) : « Un professeur voulait supprimer les fondamentaux. Impossible. S’il veut enseigner dans mon école, il doit suivre. Certaines choses peuvent changer, mais pas les fondamentaux. Si on change les règles fondamentales, on ne s’en sort plus. Il faut une discipline. Accepter de s’adapter. La vie est une question d’adaptation. Sinon, on est dans le combat permanent. Car des forces plus grandes que nous règles cette existence».
25/03/17
Entraînement magique, retour du soleil. C’est incroyable de constater à quel point le temps a une influence sur l’énergie physique et mentale. Du coup je me demandais, les gens du sud sont ils plus heureux ? Je comprends qu’ils aient peur du nord. Mais j’ai aussi la conviction qu’il est possible d’apprendre à vaincre l’absence de soleil, bienvenu chez les chtis est un bon exemple…
Réussi à débloquer ma hanche, qui faisait que j’avais une jambe plus grande que l’autre et qui me tordait dans toute position. Grâce à la posture de l’arbre, une méditation debout. Au moment où j’ai relâché l’articulation, un flot de chaleur est monté de ma jambe droite. Comme si les flux pouvaient à nouveau circuler correctement. Poursuivre ce travail, veiller à maintenir débloquer. C’est le travail dont parle G¨, réussir à se soigner soi-même par l’attention et l’intention.
Journée de muscu ! J’ai hésité à faire le rituel vendredi, car au fond de moi j’ai toujours peur de cette activité. Mais quand j’utilise le truc de l’intensité d’existence, de l’élan vers l’expérience de vivre, de la sortie de la zone de non être, alors j’ai envie de le faire, et je ne suis plus pressé de m’en débarrasser. Les choses que l’on redoute sont les choses qui d’une certaine manière nous stimulent le plus.
Départ de Harry, il m’a laissé un pantalon. De quoi étoffer un peu ma garde robe limitée. Skype avec A et la famille ! Papa sème dans les champs, Maman enseigne le cathé (elle a parlé de la samaritaine, évangile que j’ai lu par grand hasard il y a trois jours !), Simon est dans ses assos ,et part bientôt en stage, Titouan ça roule au lycée, les animaux semblent en forme…
Un grand plaisir, même si c’est très frustrant de ne pas pouvoir vivre avec les gens qu’on aime, d’être loin. Réaffirme mon désir de vivre dans une petite communauté au château. C’est au quotidien que la vie est vraiment belle. Et je pense qu’on peut rêver un peu plus grand que sa simple famille.
26/03/17
Réponse à plusieurs mails. Organisation de mon arrivée au Japon. Désabonnement d’internet ici. Le départ se profil mais je n’y suis pas encore.
Séance d’étirements intensive.
27/03/17
Fatigue à l’entraînement.
Lecture pour la recherche, poursuite des réflexions. Constat des limites de la rationalité intentionnelle, ce qui établi une critique du livre Flow. Et donne un point au rêve de Florent.
Départ de Marco. Je dois vous parler de Marco. Quelle personne incroyable… Il parle je ne sais pas combien de langues. Italien de Sicile. A arrêté ses études d’informatique, pour commencer à travailler, et surtout à voyager. Il a bossé dans tous les pays du monde ou presque. Aujourd’hui il gère une auberge de jeunesse en Italie, qu’il a monté lui-même de A à Z. Il la fait décorer par les artistes qui viennent y séjourner, contre hébergement gratuit. Il joue de la guitare et chante pour ses hôtes. Il organise un festival de musique écolo (burning men version Sicile) en Octobre. Il compte changer de projet dans quelques années, pour lui la vie est ce mouvement permanent. Il est poussé par une énergie surnaturelle. Hallucinante. Il a la liberté d’un enfant. Il est très chaleureux, importance du contact tactile !!!
Son départ fut d’une émotion impressionnante. Marco c’est des centaines d’intentions à chacun, d’initiatives de partage, d’activité. Jamais un côté paternaliste, qui cherche à montrer qu’il sait. Ne se permet pas de dire, il fait. Contrairement à Ph. Un concentré de joie de vivre, d’énergie.
Dawei à la guitare les larmes aux yeux, les adieux, la révérence de Marco avec son chapeau béret. Grande classe. Chapeau bas l’ami, GOMPA ! Tu resteras dans mon cœur. Tu m’as appris à devenir humble. A dire : voilà quelqu’un que j’admire. Qui est au dessus. De loin. Qui a tout compris de la vie. Proche de sa famille, baroudeur, humain. Un vivant. Ce qu’il y a de plus beau de l’Italie. Merci !
Moment de grâce avec G¨
RENOUER AVEC L’INTELLIGENCE DU CORPS. DE L’EMOTION. L’INTENTION émane EN FAIT des 5 structures. Pas seulement cette putain de rationalité. On est prisonnier de la rationalité. C’est le piège de l’adulte. L’enfant est spontané. Il fait. Aussi une intelligence dans l’imagination (pressentiment, démon, esprit…) ! La spontanéité est ce qui caractérise les autres formes d’intelligence, comparé à la rationalité. L’expression externe spontanée est ce qui caractérise l’intelligence du corps et de l’environnement.
Travailler chaque type d’intention selon structure du jour !!!!!
Rituel de l’intelligence/intention non rationnelle du corps :
Vivre sans auto censure. EXEMPLE ICI AVEC CHANT (corps) :
Retrouver son âme d’enfant. Instant de chant libre, à partir de mantras. Catharsis, thérapie par le son.
Poser une intention rationnelle. L’intention magique de G¨de faire que ce moment soit un instant d’expression pure, comme des enfants. POUR TRANSITION. L’intention dans la structure de quitter la structure (ici rationnelle).
Les trois OM d’ouverture.
Et commencer le mantra de base avant de…
Lâcher putain de prise. Mon plus grand problème, ce qui fait que je ne suis pas Marco ou Olivier, bien que je veuille l’être, que j’inspire à ça, c’est ma peur de l’autre. Du jugement. Etre toujours dans le calcul, la non sincérité. La retenue. Ne pas me faire confiance, ne pas dire ce que j’ai sur le coeur. Ne pas oser faire la démonstration de mon énergie, la crier. Voilà ce que j’ai fait, j’ai crié. Crié ma douleur, mon poids sur le coeur. Mon oppression quotidienne du jeu social. L’horreur de ces pressions.
Besoin de cette soupape, le chant peut-être ? L’expression dans tous les cas. Réussir à cultiver ces moments pour lâcher prise. En faire une performance peut-être. Oublier le poids du regard de l’autre. Vivre.
Comme un enfant. Cette spontanéité. Suivre son instinct. NE PAS FAIRE CE QU’ON DOIT, CE QUI EST « bien » MAIS FAIRE CE QU’ON VEUT sincèrement, purement. Flagrant pendant le chant, ces moments de « est-ce que je suis juste » « est-ce que je dois maintenir le rythme » « est ce que je dois relancer ? » NON ! Simplement faire ce qu’on veut. Laisser couler. Laisser se poser. ON A LE DROIT MAINTENANT. GO et même si j’ai pas le droit à un moment j’affirme ma liberté. Parce que j’existe. Ne plus avoir peur. Visualisation de l’énergie en moi, bouclier. Force par dessus tout. Sentir son coeur battre. Inspiration et cri !!!!!!
mantra shamanique, variations, le cri, les cris tribaux de liberté, le cri Harry de liberté absolue (avec la vision quel moment magique, avec le soutien de G¨), les râles graves, les sons en rythme soirée avec les mains.
Et si ça doit mourir que ça meurt. Si je dois m’endormir que je m’endorme. Si je dois sauter et danser que je le fasse. Faire vraiment vraiment ce que je veux. Et si je m’allonge pour dormir et que l’instant d’après je veux danser et crier que je le fasse. Ecouter l’instant, nourrir petit à petit. Liberté totale. Renouer avec son instinct. Enfant. C’est ainsi que né la créativité. Cf danses avec Rachel collège. Laisser la tendance couler. L’autre fait le reste, donne l’opportunité. Inspiration pure. Marco.
Quand on s’exprime sincèrement auprès de l’autre, quand on laisse couler son énergie, qu’on s’ouvre, ça ne peut que bien passer. Au contraire, celui qui est sincère, qui exprime grand, libre, est sécurisant pour l’autre car il montre qu’il se sent en confiance, qu’il ose se lâcher, se dévoiler en sa présence. C’est une preuve d’amour, de pureté. Faire sortir son énergie. Ne plus avoir peur. Suivre son intuition. L’essentiel est d’exprimer. Que ça soit joyeux, triste, fatigué, noir… exprimer tout. Balancer. Oser rire, oser pleurer. Cf le geshe bouddhiste à Tushita ! Laisser sortir l’émotion.
Symbolique des sons en médecine chinoise. Symbolique énergétique/imagination des vibrations engagées, des réactions.
Hug à la fin… Constater qu’on est bourré sans avoir bu, fête sans alcool. Euphorie. Acheté un barre de bon chocolat, des amandes, dégusté en se baladant un peu. La spontanéité de l’enfant. Le petit prince.
28/03/17
Journée d’étirements intense. TERMINE LE TAIYI ! J’ai donc apris trois formes pendant cette formation. Quatre si on compte le Qi Qong de G¨. Je peux ainsi dire fièrement : Sian Ge (le cours est fini) et Jaio Lian Chinkula (merci professeur pour le temps investi) ! Reste à perfectionner.
Vu le film Slacker, 1991. Conseillé par Dawei… Très spécial. A « life in a day » dans la ville d’Austin, Texas. Très beau pour la description de la jeunesse américaine au début des années 90. A voir, pour cet input culture.
29/03/17
Début du dernier weekend que je passe dans le Wudang. Dégusté ma dernière pizza BBQ Chicken non épicée. Aussi mangé un beignet aux pommes de terre dans la rue, des gâteaux sucrés fourrés à la pâte de haricots rouge, un paquet entier de cookies, une banane, des boze (pains vapeurs) dont un au sucre brun très bon… Bref je ne me laisse pas mourir de faim. Le mercredi c’est cheat day !

Terminé de regarder documentaire de Nassim Haramein avec G¨. Je ne peux absolument par adhérer avec ses idées… Pseudo-science puissance mille… Il faut vraiment éviter de mélanger science, philosophie, imagination, espoirs émotifs… On peut inspirer les uns avec les autres, mais il faut éviter de mélanger.

 

30/03/17
Deuxième jour de weekend. J’avance la lecture du livre Flow. C’est intéressant, ça me permet de préciser, critiquer mes conceptions. J’attends toujours une réponse de mon référent pour me remettre à ma recherche. C’est inutile de modifier tant que je ne sais pas s’il valide ou pas.
Soirée The last samouraï ! On a tous regardé le film dans la salle commune. C’était beau de le voir ici, en Asie. Dans une école d’arts martiaux.
31/03/17
Dernier jour de mars. Le printemps est là. Je sais qu’en France aussi ! D’ailleurs les colibris se réunissent dimanche pour un skype avec moi et discuter de la nouvelle saison. La semaine d’après c’est repas Breton !
Je suis serein face à mon avenir. On en a reparlé avec G¨. Le projet ferme/colibris et châteaux sont plutôt bien définis. Ca va dynamiser un peu la vie du village. J’ai vraiment envie de donner vie à ce lieu.
Je ne fais plus suffisamment mes rituels. Je constate à quel point ça me change. Les méditations sont plus que nécessaires. Je dois reprendre ça. En attendant j’ai quand même redéfini tous mes rituels en fonction de mes nouveaux concepts. Donc j’avance, je précise, j’améliore. Reste à pratiquer. Il ne s’agit pas de finir comme Umbridge dans hp5, à n’avoir que de la théorie et pas de pratique ! il n’y a que la pratique qui vaut au final.
Au passage, « la philosophie c’est créer un nouveau langage », Emil Cioran, référence de Dawei. Un roumain qui est devenu philosophe en France.
Période du départ ! Ecriture d’une chanson sur une musique de Dawei (罗大佑 – 恋曲 1990), pour marquer mon départ et remercier le Wudang :
Maybe it’s kind of crazy
to dance with the Qi
Once upon a time far east, I’ve met you brothers
People run without seeing
What we feel blowing
Stretching Fan Mabu Taiji, hostel and snickers
Every morning at 6
I’m deeply asleep
Dreaming of the breakfast’s bread, so good for pubu
Mystery of the 5 powers
I know Ting Gur knows
By sharing some rituals, I’ve met you my friends
There’s no farewell cause I fly with your niiice wisdoms
One day we will find a cave, but not toooday
Small measure of peace in this simple but very true life
« Rhinoceroses find no place to pitch their horns »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s