Synthèse n°3

Synthèse n°3 Décembre
Bonjour à tous ! Famille, amis, contributeurs à mon projet,
Me revoilà, arrivant au terme de mon voyage indien puisque je prends ce soir, mercredi 7 décembre, l’avion en direction de Chengdu en Chine. Le mois de Novembre fut, comme tous les autres, fort en émotions.  Dans ma dernière synthèse, je m’apprêtais à partir pour Rishikesh, capitale mondiale du Yoga située dans l’état d’Uttarakhand (« le pays des dieux ») au nord de l’Inde.De retour à Delhi, je peux maintenant rendre compte de mon expérience.
L’atmosphère de Rishikesh est magique pour plusieurs raisons. D’abord, elle se situe au bord du Gange, sur les contreforts de l’Himalaya. L’eau du fleuve sacré est très pure, sortant tout juste de sa source. Les indiens ont coutume de s’y baigner. Ensuite, il s’agit d’une ville où la recherche spirituelle imprègne toute activité. Des dizaines d’ashram entretiennent les traditions hindouistes, qu’il s’agisse du yoga, de la méditation ou des adorations des Dieux principaux du panthéon indien. Enfin, les gens qui viennent ici sont originaires du monde entier, mais travaillent tous au développement d’une sérénité dans la simplicité.
J’ai notamment discuté avec un californien, une New Yorkaise, des allemands, un Suédois, un canadien, des espagnoles, un brésilien partisan d’Osho, un irlandais de 70 ans qui consacre sa vie à explorer le monde, des israéliens dont Tally, une professeur de yoga Iyengar aux Pays-Bas qui m’a orienté vers l’ashram où elle pratique ici, un anglais Oliver de 24 ans qui refuse de choisir maintenant une boite, une femme et une voiture et utilise les moyens dont il dispose pour voyager, des népalais qui tiennent avec une passion et une attention étonnante leurs restaurants (l’Uttarakhand était un état népalais avant sa colonisation par les anglais), des chinoises dont certaines vivent à Chengdu, des français dont un couple qui a vécu au château de Gournay sur Aronde (village voisin de Neufvy) et a eu affaire à ma famille pour une histoire de pollution de l’Aronde (rivière), un australien de 24 ans qui est parti au Vietnam trouver plus de sens à sa vie…
Je logeais dans une chambre d’hôte à 3 euros la nuit. La famille est d’une gentillesse et d’une sagesse admirable, la grand-mère m’offrait des Aloo Parantha chaque dimanche matin. La mère, Seema, a partagé avec moi ses principales sagesses, concernant le vie, les enfants, le travail, le respect, l’effort, le bonheur… La nuit, le vent se lève et le temps est froid, moins de 10 degrés. En journée il fait aux alentours de 20 degrés. Pendant trois semane, mon programme était régulier, harmonieux et paisible. Le matin, après mon rituel vipashyana, je travaille sur ma recherche. Ptit-déj puis à nouveau recherche. Pratique personnelle du Yoga, avant de déguster un délicieux tali cuisiné par Seema. Cours de Yoga l’après-midi, recherche, dîner puis enfin méditation samatha.
Mon projet de recherche a beaucoup avancé. Pour le moment, je ne souhaite pas rendre publique ma première partie (50 pages) qui, bien que fondée sur le bouddhisme et la méditation, développe des idées originales qui méritent d’être retravaillées. La deuxième partie, consacrée au Yoga et au Taï-Chi-Chuan est lancée, bien que je sois loin de la fin. C’est elle qui permettra à mon responsable pédagogique d’évaluer mon année universitaire. Ainsi, je la développe indépendamment de la première partie, qui ne correspond pas aux critères de Sciences Po pour un mémoire de recherche. Je ferai cependant le lien ultérieurement. Je compte publier au fur et à mesure le contenu de cette deuxième partie. L’introduction et le plan sont disponibles sur mon blog.
Je pars donc en Chine ce soir, après avoir passé une semaine studieuse à Delhi, enrichie de moments magiques en compagnie de Deeksha, comme par exemple la visite du célèbre Taj Mahal. A tous ceux qui ont croisé ma route sur le sous-continent, merci pour vos lumières. Aux indiens, ma reconnaissance éternelle. Je fus inspiré comme jamais par votre force, sagesse, intégrité, humilité. Ici, la loi du karma est au dessus de toutes. Plus puissante qu’un texte ou qu’une institution juridiques, elle se vit partout, tout le temps. Je ne connais pas meilleure école que l’Inde.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s