Synthèse n°1, Septembre

Il est 16h et je suis au cœur de New Delhi, en Inde. Hier, j’étais sur les flancs de l’Himalaya, à Tushita, un monastère bouddhiste perché au dessus de McLod Gang, ville refuge du Dalaï-Lama et du gouvernement Tibétain depuis l’invasion chinoise de 1959. J’y ai passé 15 jours à étudier le bouddhisme en théorie et en pratique, dans le cadre d’un cours d’introduction de la Foundation for the Preservation of the Mahayana Tradition. Le cours de bouddhisme, qui a duré 10 jours (09/09/16 – 19/09/16) était mené par Glen Svensson, un australien spécialiste de la culture et de la philosophie bouddhiste d’une pédagogie et d’une rigueur exceptionnelles. Le cadre monastique, impliquant notamment le silence en dehors des cours, m’a permis d’être très productif sur le plan intellectuel.
Je présenterai ici principalement les fondements de ma recherche (découverts avant mon départ, éclaircis à Tushita), qui diffèrent du plan que je vous ai proposé dans le dossier projet (I. Distinction effort physique/intellectuel, II. Paradoxe du Wu-Wei (effort de ne pas faire d’effort), III. L’engagement absolu du corps dans la pensée et ses limites). Centré sur les concepts flous de corps/pensée, ce plan était trop général pour permettre une étude rigoureuse. Les concepts d’efforts, de corps et de pensée ainsi que les thématiques que j’ai soulevées ont toujours une place essentielle en tant qu’outils ou médias, mais ils ne sont pas constituent pas mon objet fondamental de recherche.
Précisions : dans la mesure où je suis, par la nature subjective des enseignements que j’ai choisis, mon propre objet d’étude, toutes mes idées sont à ce stade personnelles et n’engagent que moi. De plus je suis désolé, je ne pouvais référencer ma pensée sur ce document sans (sur)dépasser la taille demandée (j’ai déjà triché sur les marges et la police). Enfin, mes recherches restent à ce stade hypothétiques. Tous conseils et critiques sont bienvenus.
Réflexion sur la méthodologie : difficile de choisir une méthodologie sans avoir d’abord défini une problématique. Mais difficulté à définir une problématique a priori de ma recherche, sans avoir accès aux connaissances qui me seront délivrées au cours de mes différentes formations. Prise en compte de mon futur master de recherche : sachant que la solution est toujours à la hauteur du problème posé, judicieux peut-être d’utiliser ma troisième année pour ouvrir des axes problématiques pertinents, grâce au rituel. Axes à résoudre en master.
 
Axiomes à l’étude : 1. Mon comportement est déterminé par la confrontation des conclusions de différentes chaînes de causalités (notamment intuition et rationalité) inhérentes à la structure biologique de l’être vivant. 2. Les problèmes que je rencontre résultent d’une incapacité de mes chaînes de causalités à déduire un comportement adéquat à la réalité de l’expérience. 3. Une expérience soulève des problèmes dont la nature ne varie pas en fonction de l’objet de l’expérience, mais des chaînes de causalités du sujet et du niveau de connaissance pratique et théorique de l’objet par ce même sujet. 4. Méthode de résolution d’un problème identique pour deux expériences différentes, pour peu que le niveau de connaissance du sujet soit identique pour les deux expériences et que les mêmes chaînes de causalités soient impliquées.
 
Objectifs : se protéger de l’effet kaléidoscopique = surabondance d’information horizontale (énoncés différents au plan sémantique mais identique au plan logique et syntaxique) empêchant un approfondissement des problèmes et ainsi une création d’information verticale. L’expérience horizontale de l’information (faire tourner le kaléidoscope) donne un sentiment de déplacement dans la pensée, mais ce déplacement n’est qu’un catalogue d’étiquettes linguistiques qui repose sans cesse le même problème àstagnation de l’information (et des connaissances associées) verticale, c’est-à-dire permettant de descendre à la racine d’un problème, strate après strate, jusqu’à la résolution finale.
 
Hypothèses : Le rituel donne à l’action un cadre méthodologique et spatio-temporel, créant ainsi une répétition de l’expérience et une facilité à descendre verticalement dans l’analyse des problèmes. Remède à l’effet kaléidoscopique. Les problèmes de l’expérience étant issus d’une incapacité de mes chaînes de causalités à déterminer un comportement adéquat à la réalité de l’expérience, c’est en modifiant le fonctionnement de ces chaînes que le rituel permet de descendre dans les strates problématiques. L’adaptation des rituels à chaque individu renforce son efficacité. Le rituel collectif ne reposerait plus sur la mise en commun des objets rituels (information horizontale) mais sur l’expression rituelle d’un même niveau de connaissance, ou strate problématique. Une strate problématique correspond à un niveau rituel. Parce que nos décisions émanent de différentes chaînes de causalités, il faut développer une série rituelle par chaîne de causalités. L’ensemble de tous les rituels, regroupé au sein de quelques séries rituelles, forme un système rituel, propre à chaque individu. Le système rituel doit avoir une cohérence globale.
Enjeux : Une culture mondialisée tant à s’imposer, remplaçant les repères culturels de nombreux individus, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, car ainsi on peut espérer voir disparaître les revendications identitaires violentes. Le pire, car si jamais la culture monde ne parvient pas à gagner en profondeur éthique et morale malgré un niveau extrême de globalité, les individus se trouveront privés d’outils efficaces contre leurs problèmes quotidiens et dans l’impasse la violence passera. Il s’agit de donner de la profondeur à l’information collective sans perdre en globalité. Il s’agit de résoudre le sentiment de relativisme, de vide existentiel et de dispersion résultant d’une stagnation à la surface des problèmes. Il s’agit enfin de trouver du sens et de l’épanouissement dans des comportements réguliers, moins dépendants du besoin de nouveauté et des bonheurs extrinsèques, valorisant le sentiment de puissance qualitative de l’énergie plutôt que sa consommation quantitative stérile pour notre développement existentiel et destructrice pour l’environnement.
 
Problématique proposée : Le rituel, source traditionnelle de diversité mais aussi de pression culturelle, peut-il se redéfinir pour devenir un outil efficace face aux enjeux contemporains ? Pour permettre de descendre en profondeur des problèmes de la modernité et éviter ainsi la superficialité, le gaspillage de sens et d’énergie ?
 
Concepts clés : problème, strate problématique, chaînes de causalités, méthode, information horizontale et verticale, effet kaléidoscopique, rituel, série rituelle, système rituel, énergie et puissance.
A Tushita, j’ai défini une série rituelle portant sur notre principale chaîne de causalité : l’esprit, ou cerveau. En m’appuyant sur l’incroyable connaissance que le bouddhisme a du cerveau et de ses mécanismes de prise de décision (cette tradition spirituelle rivalise avec les théories scientifiques les plus modernes tant par exemple en physique théorique qu’en psychologie cognitive et comportementale), j’ai travaillé sur le sentiment de puissance comme moteur de la motivation mentale, et l’insuffisance de la consommation ou de la dépense d’énergie physique pour l’éprouver. La puissance serait à la conscience ce que l’énergie est au corps. L’effort intellectuel est ici central, mais en tant que focalisation sur l’expérience intrinsèque de l’énergie (tradition asiatique), et non sur ses effets extrinsèques (tradition occidentale).
La formation de Yoga et de philosophie indienne que je m’apprête à suivre à la Bihar School of Yoga me permettra de continuer à travailler sur l’expérience de la puissance, plus en lien avec l’effort physique. J’y développerai d’autres séries rituelles, tout en listant et en résolvant progressivement les problèmes que chaque niveau rituel soulève.
Ce choix thématique de l’énergie et du rituel est intimement lié aux défis écologiques que nous devons relever. Il montre que le gaspillage énergétique n’est pas du à un problème systémique, mais à un problème de perception individuelle de la valeur de l’énergie.
Lien pour des photos : https://drive.google.com/open?id=0B4ZGmg_CFx9La1V6SzNvZ2tPVU0
Publicités

Une réflexion sur “Synthèse n°1, Septembre

  1. Coucou Leo, je suis sur de ne pas comprendre tout le fil de tes pensées tumultueuses, mais la première partie de la problèmatique proposée me semble une bonne piste d’étude à mon humble avis (enfin je la comprends un peu en tout cas). Attention à ne pas sauter à la conclusion trop vite à mon avis (moins clair sur la seconde partie). Je pense que les enseignements pratiques et théoriques que tu va suivre sont surement un bon sujet d’étude pour comprendre comment ces cultures interagissent et s’adaptent à la globalisation, et comment leur rituel s’en trouve modifié. L’examen du rituel qui souvent pré-existe dans une culture et auquel un individu décide d’adhérer par conviction ou par contrainte, pourrait être vu à la fois comme un frein et une limite à plus de globalisation (rejet en bien ou en mal d’ailleurs), ou au contraire être une opportunité en se modifiant pour en intégrer les effets, le rituel devenant alors un vecteur de changement aidant une communauté de personnes qui le suivent à évoluer, à s’adapter, à s’enrichir sans pour autant « trahir » son identité culturelle. En creusant bien tu peux peut-être découvrir que des changements de ce type sont en train de s’opérer car personne aujourd’hui ne peut éviter les inter-actions, voir la confrontation avec la globalisation…Par exemple, aujourd’hui partout dans le monde, si tu lèves la tête et que tu regardes le ciel, tu vois forcément 3, 4 voir 10 traces d’avion en permanence. Cela n’existait pas il y a 30 ans! Internet permet surement de faire de la méditation en ligne avec d’autres, ect…
    Voilà ma modeste contribution qui m’aura au moins permis de me changer les idées, mon « énergie » étant souvent très dispersée dans les engrenages de la vie moderne professionnelle et superficielle que tu décries justement… Bon courage pour la suite !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s